Lettre à Monsieur Nicolas Hulot Ministre de la transition écologique

Publié le: 22 janvier 2018

Catégorie: Divers

Vues: 866

Les études environnementales menées en vue de présenter les projets littoraux ou en mer près des côtes prennent systématiquement en compte les impacts sur la faune aquatique et la modification des courants marins.

En revanche dans la plupart des cas, les conséquences sur le littoral sont occultées ou évoquées très brièvement.

Lorsqu’on évoque les impacts sur les côtes on pense bien sûr à l’érosion mais le risque d’envasement est également à prendre en compte. Citons chez nous la Grande Conche à Royan envasée sur un tiers de sa longueur depuis les modifications portuaires des années 60 à 80 et plus récemment la plage de la Chambrette au Verdon avec la construction de Port-Médoc.

L’Association pour la Préservation de Soulac sur Mer contre l’érosion marine (APSEM) et le Collectif Estuaire Pour Tous viennent d’écrire (pour lire le courrier cliquez ici) à Monsieur Nicolas Hulot, ministre de la Transition Ecologique,  pour lui demander que soient systématiquement pris en compte les impacts côtiers dans l’élaboration des projets littoraux et marins et qu’une étude de courantologie soit faite par le SHOM (service hydrographique et Océanique de la Marine). Cette étude permettrait de comprendre les mouvements de sable et les conséquences d’éventuels projets. (pour vous connecter sur le site du SHOM et vous renseigner sur ses activités cliquez ici)

Enfin l’ association APSEM et le Collectif Estuaire pour Tous réclament un moratoire sur les extractions de granulats et s’inquiètent de la perte de prérogatives des parcs marins suite à la création de l’Agence Française de la Biodiversité.

 

N’hésitez pas à réagir ! Nous avons besoin de votre aide

Vous pouvez aussi adhérer ou réadhérer pour 2018 pour cela rien de plus facile Téléchargez le bulletin d’adhésion 2018 et renvoyez le nous accompagné du montant de votre adhésion.

Merci pour votre aide !

 

4 commentaires pour Lettre à Monsieur Nicolas Hulot Ministre de la transition écologique

  1. CHARREYRON Joseph dit :

    A l’occasion de l’intervention du SHOM, et d’une étude des courants Marins de l’Estuaire, pourrait-on à nouveau se pencher sur « l’Hydrolien de surface en Gironde et Charente Maritime » ! Le courant devant l’Eglise de Talmont oscille entre 7 et 10 Noeuds; Ce serait dommage de se priver de cette source Hydro-électrique, pour réduire les dépenses de la commune, et financer le renouvellement du tablier du Pont d’accès aux Parkings, et surtout la protection du pied de falaise de la Chapelle, en grand danger d’éboulement !

    • Jacques Gervais dit :

      Le potentiel en terme de courants dans la Gironde est effectivement gigantesque. La Gironde pourrait sans problème accueillir des projets hydroliens mais la volonté politique est malheureusement absente et l’abandon récent de l’essai breton à Paimpol par EDF ne va pas encourager les investisseurs et les politiques à travailler sur cette énergie . Depuis la fin du méthanier notre association a tenté sans succès de promouvoir l’installation d’énergies propres, éolienne et hydrolienne, dans l’estuaire. Le test hydrolien sous le pont de pierre à Bordeaux est pour le moment la seule implantation régionale. Jacques Gervais. Administrateur « Estuaire pour Tous »

      • MIllot dit :

        L’énergie éolienne n’est en aucun cas une énergie respectueuse de l’environnement.
        Elle dégrade FORTEMENT l’environnement terrestre et marin (offshore).
        D’où la forte résistance actuelle d’associations sur le projet Le Tréport/Dieppe d’éoliennes en mer. Il me parait inconcevable qu’une association censée protéger l’environnement de l’estuaire puisse promouvoir l’installation, heureusement sans succès, de ces machines à proximité de l’estuaire en mer ou sur terre.
        Cette prise de position sème le doute sur les orientations de l’association « Estuaire pour tous » et interroge certainement un certain nombre d’adhérents.
        nodrev

  2. jacques gervais dit :

    Concernant la position d’EPT sur l’ énergie éolienne, à titre d’exemple: le projet éolien off-shore Oléron a été évoqué aux Assises de l’Economie de la Mer le 21 novembre dernier. Edouard Philippe a annoncé le débat public et les études environnementales pour 2018. Ces études sont encore loin d’être bouclées et nous attendons cette étape pour présenter le dossier complet à nos adhérents en assemblée générale. Pour répondre à Mr Millot ce sont nos adhérents et eux seuls qui décideront de la position d’EPT sur ce projet qui se situe en dehors de l’estuaire mais dans le périmètre du Parc marin. Le Conseil de gestion du parc devra émettre un avis en 2020 et EPT votera suivant la décision prise en assemblée générale.
    Le conseil d administration du collectif Estuaire pour Tous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>