Histoires de pompes et de groupes électrogènes…

Publié le: 31 mars 2011

Catégorie: Infos générales

Vues: 1624

L’accident nucléaire en cours au Japon et les risques courus par les millions habitants des zones voisines de la centrale concernée nous touchent bien sûr  profondément. Il nous interpelle aussi, et cela n’a rien d’indécent, quant aux risques réels générés par la filière  nucléaire, au japon, et ailleurs, en France notamment, pays aux 54 réacteurs.

 

Nous sommes tous bien sûr quelque peu stupéfaits d’apprendre qu’un simple groupe électrogène qui ne démarre pas pourrait engendrer une catastrophe nucléaire planétaire …Cela ne pourrait arriver dans nos centrales nationales hyper sécurisées ?

En tant que riverains d’une centrale nucléaire rappelons nous pourtant l’incident de la centrale de Braud Saint Louis en décembre , la relecture des articles de sud-ouest des le 5 et 6 janvier 2000 – voir site  est édifiante (relire cet article) :  « très près de l’accident majeur » d’après le journaliste J.P. Deroudille, pompes et circuits de secours sous les eaux, galeries inondées, circuits de refroidissement hors services etc..

On ne peut que noter quelques similitudes avec la centrale de Fukushima… et s’interroger sur la prise en compte réelle  des risques climatiques, et de leur évolution probable (montée des eaux, évènements exceptionnels divers- cf. tempêtes récentes-, diminutions régulière des débits d’été de la gironde etc.. ).

Quand on voit dans l’exemple japonais à quel point la capacité de pompages de hauts débits en toutes circonstances paraît être la base de la sécurité de telles installations, on est en droit de ne pas se contenter des affirmations récente de Madame la ministre Nathalie Kosciusko-Morizet affirmant que le simple rehaussement d’1,5 m des digues de la centrale du Blayais garantissait que le (grave) incident  de 1999 ne pourrait se reproduire !

 

Et ce ne sont pas les récentes déclarations «  La centrale du blayais est protégée contre tous les risques » d’Etienne DUTHEIL, directeur de la centrale du Blayais (journal du médoc  du 25 mars 2011)  qui suffiront à nous rassurer quand on sait que la centrale de Braud st louis, en plus de son âge, présente une grande vulnérabilité aux risques d’inondations découlant de sa situation au fond d’un estuaire (effet entonnoir); la conjonction fortes marées, fortes dépressions et vents violents pouvant entraîner des situations extrêmes dont l’ampleur paraît difficile à prévoir.

.

 On est en droit aussi de ne pas se contenter des affirmations péremptoires de tel ou tel élu, parmi lesquels nous ne résisterons pas de citer A.JUPPE(*) (cf. sa récente déclaration sur le thème «  pas de sortie du nucléaire  possible en France »).

Nous ne pouvons qu’être étonnés de cette précipitation à refuser tout débat sur un sujet aussi grave.

Nous avons eu l’occasion ces dernières années de mesurer à quel point la pression des divers lobbies économiques et financiers, les préoccupations politiques diverses, peuvent interférer sur la pertinence et la capacité de raisonnement à long terme de la plupart  responsables politiques …

 

On ne peut pas dire que cet épisode ait contribué à nous convaincre de leur clairvoyance et de leur sensibilité aux questions environnementales !  

 

Un véritable débat doit s’instaurer en France, comme dans les autres pays voisin, sur ce sujet.

 

Nous savons tous qu’une sortie éventuelle du nucléaire ne peut se concevoir sur le court ou  le moyen terme dans un pays qui dépend à ce point de ce type d’énergie, mais sur le long terme une réflexion s’impose, avant qu’une autre catastrophe nous l’impose (pour lire à ce sujet intéressant article de Corinne LEPAGE cliquez ici). 

 

Quand les hommes politiques des deux plus grands partis français vont-il accepter de mettre à leur programme une réflexion  ambitieuse à la hauteur des défis posés par des choix énergétiques faits il y a plus de quarante ans et jamais réexaminés depuis ?

 

 Notre association doit-elle et peut-elle contribuer à son niveau à ce que ce débat ait lieu ?

 

Localement l’avenir de la centrale du blayais nous concerne évidemment directement : elle est l’une des plus vieilles et « sensible » centrale française, elle est particulièrement concernée par l’audit qui vient d’être décidé par le Président de la république sur le niveau de sécurité des 54 centrales françaises. Au delà de notre sécurité c’est aussi, nous le voyons bien, l’ensemble de l’environnement estuarien qui est en jeu.

La centrale du Blayais vient d’être « reconduite » pour une vingtaine d’années dans semble-t-il, l’indifférence générale des élus,

 

Voulons nous que s’engage une réelle réflexion et un débat ou la société civile sera partie prenante au-delà de cette échéance ?

 

Souhaitons nous que d’autres pistes énergétiques soient prospectées en Aquitaine comme ailleurs ?

 

Souhaitons nous que des budgets conséquents de recherche développement sur les énergies renouvelables soient débloqués, en Aquitaine comme dans les autres régions françaises ?

 

 

 N’hésitez pas à vous exprimer, sur ce blog, et bien sûr, au cours  des prochaines réunions de notre collectif.

 

 

Le bureau

 

 

(*) Rappelons que ce dernier après quelques mois de réflexion s’est prononcé pour un projet de mise en place d’un complexe GNL SEVESO en plein cœur d’une zone naturelle,  au cœur d’une zone touristique  et ce au moment ou la plupart des  projets de ce type en Europe et ailleurs étaient en cours d’abandon suite à l’évolution du contexte spéculatif mondial de ce secteur énergétique

 

 

 

9 commentaires pour Histoires de pompes et de groupes électrogènes…

  1. Nelly Boutinot dit :

    Voyez l’édito de Hubert Reeves suite à la catastrophe au Japon et la nécessité d’un débat.

    http://www.hubertreeves.info/

    Cordialement

    Nelly Boutinot

    LIGUE Roc/Humanité & biodiversité

  2. BOTTARO Jean dit :

    Oui, je suis tout à fait partisan pour qu’UPPT soit partie prenante pour promouvoir le débat
    sur la Sécurité de cette Centrale du Blayais.

    Quand on pense qu’au Verdon ou à Castelnau de Médoc, nous ne sommes pas dans la zone de
    première alerte, …on croit rêver ! Surtout lorsque l’on voit ce qui ce passe au Japon.

    Il FAUT que l’Association prenne ce dossier en main !

    Aucune autre association du Médoc ne s’en inquiète, et je pense qui si l’on veut vraiment
    s’occuper de la protection de l’environnement, il faut que ce dossier en fasse parti !

    Jean BOTTARO – Castelnau de Médoc

     

  3. mj1733 dit :

    Bonjour,

    Indépendamment de longs débats pour ou contre, le plus urgent et le plus simple ne serait-il pas de sécuriser efficacement l’alimentation électrique des pompes et les groupes électrogènes de
    secours ? J’ai connu un gros orage sur la ‘Francilienne’ il y a quelques années. La pluie était si violente et aveuglante que je me suis garé à l’entrée d’ une bretelle de sortie, près
    d’un pont franchissant cette voie rapide… le passage sous ce pont a été complétement noyé: les pompes automatiques de relevage étaient au niveau de ce pasage et noyées.

     

  4. marie dit :

    Notre collectif ne pourrait-il pas se rapprocher d’autres associations comme Thernoblaye ?

    Marie, 33

  5. BOTTARO Jean dit :

    Je n’ai pas l’habitude de relayer ce genre de mail sur l’environnement mais
    j’ai été horrifiée en regardant le lien ci-dessous et il peut peut-être vous intéresser.

    Il s’agit des dégâts causés sur l’environnement et la santé par l’extraction du gaz de schiste.

    Le film est un peu long mais quand on sait que certains veulent faire aboutir des projets similaires en France….

    http://www.youtube.com/watch?v=IOIxesWknk0

     

    A bientôt

    Jean BOTTARO – Castelnau de Médoc

  6. thierrry C dit :

    Les élus attendent quoi ? que notre association fasse le travail à sa place ? qu’elle démarche toutes les entreprises à la place du GPM et des élus ????? la situation s’enlise et rien ne vient !
    la pointe du médoc brille pas son absence dans tous les projets de nos élus ? pourquoi l’association ne rencontrerait elle pas le GPM et les élus pour voir ensemble ce qui pourrait faire avancer
    un peu l’avenir de ce nord médoc !

  7. mj1733 dit :

    Bonjour, lu dans le supplément Economie du Figaro (08/04/2011) : »les exportations d’EDF…la fourniture de courant en direction de l’Allemagne a doublé depuis la fermeture mi-mars de sept
    réacteurs atomiques outre-Rhin. » ‘Die Gruhne’ marchent au charbon et au nucléaire français ! Quelle hypocrisie!

  8. mj1733 dit :

    Bonjour, le 10/04, je citais un extrait du Figaro Economie: « …les exportations d’EDF…la fourniture de courant en direction de l’Allemagne a doublé depuis la fermeture mi-mars de sept
    réacteurs atomiques outre-Rhin ». Ce qui m’interpellait quant aux ‘Die Grüne’ et la production de charbon associée au nucléaire français pour répondre aux besoins énegétiques
    allemands. Ce commentaire semble avoir disparu : incident technique, filtrage ?

  9. BARRIER Christian dit :

    Cela a déjà été suggéré. Il me semble à moi aussi que notre association UPPT a tout à fait vocation à se rapprocher de TCHERNOBLAYE.

     

     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>