L’Etat nous confirme ses engagements

Publié le: 6 octobre 2009

Catégorie: Infos générales

Vues: 1496

Au courrier du collectif ces jours-ci, une lettre du directeur général des transports ( cliquer ici ) qui nous confirme la position de l’état quant au projet méthanier et au devenir de l’estuaire.

 

L’équipe dirigeante du collectif commence à travailler pour sa part pour que soit engagé au plus tôt une table ronde autour du développement de la pointe du médoc.

Nous vous informerons dés que possible des réponses des élus concernés à cette proposition. Nous aurons de nouveau besoin de votre mobilisation, de vos réflexions et suggestions.

 

D’autre part et afin que tous ensemble nous puissions réfléchir sur ce que nous souhaitons comme évolution pour notre collectif, un débat sera lançé, sur ce blog et par l’intermédiaire d’un bulletin interne (en cours de rédaction) envoyé à tous les adhérents, nous y reviendrons en détail dans un prochain article.

7 commentaires pour L’Etat nous confirme ses engagements

  1. Jean BOTTARO dit :

    Je vous adresse ci-dessous le texte que j’ai adressé à la Presse et qui est paru dans le Journal du Médoc, en page
    2, rubrique « Courrier des lecteurs », le 2/10/03, sous le titre « Doubler est autorisé ».

        PUB de la SNCF, appliquera-t-elle ces dires pour le Port du Verdon :

         Dans divers journaux, la SNCF
    fait passer une page entière de Publicité, pour montrer qu’elle va dans le sens du Grenelle de l’Environnement : « la SNCF se mobilise pour ce
    transport écologique d’avenir : mettre les camions sur des autoroutes ferroviaires, … , transporter les conteneurs qui arrivent par bateaux, … ».

     

    Alors Mesdames et Messieurs les élus de Bordeaux, de la CUB, du Département et de la Région, ainsi que les élus locaux
    et Associations, prenez donc la SNCF au mot dès aujourd’hui, pour que soit programmé le doublement de la voie de chemin de fer de Bx jusqu’à la Pointe du Verdon, avec liaison vers le Port du
    Verdon.

     

    Et enfin, et seulement à cette condition, le Port du Verdon pourra
    vraiment se développer avec beaucoup plus de facilité.

     

    Il faut que les Politiques et les Administrations
    Publique mettent en place ces infrastructures et ensuite s’occupent de développer les entreprises dans le Nord Médoc, et non l’inverse.

     

    Si la voie SNCF avait été doublée avant que n’arrive le Projet de
    Plateforme logistique Géovia, je pense que le problème de stabilité du terrain en question aurait vite été résolu.

     

    Les habitants du Médoc, du Nord au Sud, n’accepteront pas
    que l’on crée des entreprises qui amèneraient de fortes nuisances, si les structures de transport ne sont pas mises en place avant. En effet, de nombreux exemples nous ont montré que lorsque la
    pollution est en place, il est très difficile d’obtenir des aménagements ensuite.

     

    Donc demandons à la SNCF de mettre en application dès
    aujourd’hui son message publicitaire pour le Médoc.

     

    Jean BOTTARO – Castelnau de Médoc

  2. Marianne dit :

    La SNCF (espérons qu’elle ne sera pas privatisée) doit retrouver un niveau de transports qu’elle a perdu, ne serait-ce pas l’occasion de créer des emplois ? Les grandes compagnies de transports
    routiers vont ruer dans les brancards !  Comment a-t-on pu laisser se développer ces monstres qui polluent, détruisent les routes et sont souvent cause d’accidents. C’est une
    question à régler au niveau européen, et nous ne sommes pas à la veille qu’elle le soit ! Pourtant il est temps de s’y atteler. En plus du problème de ferroutage, il est temps également que
    la SNCF propose des tarifs raisonnables pour les voyageurs – nombreux sont ceux qui ne peuvent pas s’offrir un voyage Bx-Paris en TGV, et cependant mes parents et grands-parents se
    déplaçaient en train – afin que nous puissions voyager autrement qu’en voiture.

    Que de tracas en perspective nous laissons à nos enfants et petits-enfants ! N’est-il pas temps aussi de retrouver le sens de la raison et de la solidarité ?    

  3. Qu’entendent les politiciens par « développement » devrions-nous leur demander chaque fois qu’ils font des projets .. pour nous et nos enfants ?

    Développement pour quoi, pour qui et pour quel  bénéfice ?

    Le député Didier Quentin, maire de Royan a mené un combat contre le projet méthanier qui a fait infléchir les industriels et il faut le saluer pour son courage.

  4. Marianne dit :

    Il y avait un certain temps, pour ne pas dire un temps certain, que je n’avais pas consulté le blog de Madame Michèle Delaunay.  Allez voir le billet du dimanche 4 octobre sur le port de
    Bordeaux.
    Attention, nous ne sommes pas, encore, sortis de l’auberge ! La vigilance ne s’impose-t-elle pas ?

  5. Jean BOTTARO dit :

    Je viens de répondre sur le Blog de Michèle Delaunay, à la suite de son article du 4/10/09.
    Raccourci vers : http://www.michele-delaunay.net/delaunay/index.php?post/2009/10/04/D%C3%A9claration-d-amour-au-Port-de-Bordeaux&pub=1

    Jean BOTTARO – Castelnau de Médoc

  6. mj1733 dit :

    Reprise de mon commentaire du 14 retrouvé tronqué (?) :

    Le problème de l’ignorance délibérée que le Verdon ne fait pas seulement partie des emprises foncières du GPM de Bordeaux, mais aussi d’un Estuaire avec deux rives et un projet de parc maritime
    protégé refait donc surface .

    De nouveaux projets industriels qui ne tiendraient pas compte de cette réalité seraient autant de fautes graves aux yeux des riverains de gauche et de droite (dans tous les sens des
    termes ! ) .

  7. Didier Mauriac dit :

    Habitant de la rive droite, si je n’ai pas toujours été d’accord avec les argumentsque vous avanciez pour torpiller le port méthanier (vous n’avez jamais publié aucune de mes interventions
    courtoises sur votre blog !) autant je suis d’accord pour la poursuite de votre action dans le sens que vous que vous envisagez: protéger l’estuaire et l’aire marine protégée des atteintes à
    l’environnement.
    Notamment la réglementation de la pêche dans ce milieu fragile où les professionnels, comme les plaisanciers, profitent d’une absence généralisée de contrôles  pour le piller impunément.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>