4 septembre : étape bordelaise du Grenelle de l’Environnement

Publié le: 3 septembre 2009

Catégorie: Réunions-Manifestations

Vues: 919

Le vendredi 4 septembre, Alain Juppé, maire de Bordeaux accueillera Chantal Jouanno, Secrétaire d’Etat chargée de l’Ecologie, pour l’étape bordelaise du tour de France du Grenelle de l’environnement. L’objectif de ces rencontres est de débattre des mesures concrètes de la loi.

 

La rencontre est particulièrement d’actualité… Le 1er septembre, au sujet du terminal méthanier au Verdon sur Mer, Alain Juppé déclarait : « je pense, après mûre réflexion, que ce projet n’est pas fondamentalement un grave danger pour l’environnement. J’en ai la conviction. ».

 

Le projet de terminal méthanier a pourtant bien été déclaré « Grenello-incompatible » par l’Alliance pour la Planète. Le Gouvernement a rappelé ses ambitions environnementales pour l’estuaire. En juin, Chantal Jouanno s’était elle-même déclarée défavorable à l’implantation du terminal méthanier au détour d’une interview sur France Inter (relire l’article).

 

Le projet de terminal méthanier ce serait :

- la destruction programmée d’un vaste espace naturel sensible pourtant sous haute protection (des sites protégés, une biodiversité mise à mal, un déplacement d’éspèces protégées au niveau européen, etc.),

- une grave pollution marine (forte atteinte à l’estuaire avec 1 000 000 m3/jour d’eau chlorée et refroidie rejetée, d’importants dragage, alors même qu’un projet de parc naturel marin est en cours),

- une importante pollution terrestre (400 000 tonnes de CO2 rejetées, atteinte aux paysages de la part les cuves et le gazoduc)

 

L’association invite tous ses adhérents et sympathisants à se rendre à ces rencontres pour rappeler à Monsieur Juppé la ruine environnementale que constituerait l’implantation d’un terminal méthanier.

 

Le rendez-vous est le suivant :

 

Vendredi 4 septembre,

18h30, à l’Athénée Municipale,

place Saint Christoly,

Bordeaux

 

Pour coordonner la présence des uns et des autres, n’hésitez pas à vous signaler auprès de Monique au 06-37-15-09-28.

3 commentaires pour 4 septembre : étape bordelaise du Grenelle de l’Environnement

  1. Michel Rigault. dit :

    L’inconvénient de ce type d’intervention c’est de donner encore la parole aux soutiens inconditionnels de quatregaz.Depuis le début ils déplacent volontairement  la question sur la dégradation paysagère en focalisant l’attention sur l’impact visuel des cuves.Or l’on sait que le principal danger et les risques d’explosions  ne sont pas uniquement là Accessoirement les questions environnementales sont systématiquement mises en balance avec l’intérêt économique.Que pourraient donc peser 3 crapauds , 4 poissons  et un estuaire saccagé pour l’éternité face à 35 emplois et qq tonnes d’activités sans oublier bien évidemment les revenus des fonds de pensionCette stratégie qui ne devrait tromper personne est parfaitement relayée par sudouest et les télés locales et on peut compter sur les élus bordelais pour aller jusqu’au bout de la mauvaise foi dans la dialectique.Seule une intervention publique  de l’association pourra contrer ce discours en opposant les milliers de personnes élus compris qui veulent un environnementet une planète protégés  Il est surprenant dailleurs que dans le même temps les mêmes responsables bordelais refusent d’étudier l’alternative d’une escale croisiériste VERDONNAISE avec les investissements qu’elle génèrerait et surtout l’activité économique autrement plus conséquente que le méthanierL’article de sud ouest aujourd’hui parle de bassens (encore!)  mais pas du verdonpourtant Honfleur et Rouen c’est similaire non ?Nous connaissons tous  le pourquoi et les raisons de cet ENTETEMENTCe sont les mêmes qui ont condamné le verdon à l’inactivité depuis les 40 dernières annéesJe suis dailleurs trés étonné du silence de nos élus locaux qui laissent sans réagir les politiques bordelais vouloir décider de notre  sort en sacrifiant  la pointe et  ses habitants….. serions nous rattaché à la CUB…….. A quand une réaction officielle ?…. 

  2. Ce soir, en avant-première de Copenhague, Alain Juppé a affirmé qu’il persistait et signait sur l’intérêt d’un projet méthanier au Verdon, du projet du Havre et du gaz « naturel » en général, sa « propreté » ; il a déclaré que le discours des gens de Royan était « du pipeau » sur les nuisances qui en découleraient, incompatibles avec le développement touristique. Et si on installait un terminal à Hossegor, serait-il toujours aussi bien vu ?

  3. mj1733 dit :

    « je pense, après mûre réflexion, que ce projet n’est pas fondamentalement un grave danger pour l’environnement » . Si c’est là le rationnel de la décision de M. Juppé, il y a de quoi être effrayé quant aux pouvoirs qu’il détient . La faiblesse d’une telle argumentation n’a pas été relevée par les journalistes, trop intimidés peut-être ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>