Le paquebot Oceana au Verdon – une occasion manquée

Publié le: 27 août 2009

Catégorie: Economie

Vues: 1258

Aujourd’hui, jeudi 27 août, un nouveau paquebot accostait sur les quais de l’avant-port du Verdon : l’Oceana. Une fois encore, quantité de touristes sont descendus du navire pour une escale à la journée du côté de Royan, de Soulac ou encore des vignobles locaux (excursions au choix). Le paquebot de plus de 260 mètres peut en effet transporter jusqu’à 2272 passagers.

 

Comme nous l’avons dit à plusieurs reprises, le trafic de navires de croisière constitue une formidable possibilité d’utilisation du port en eau profonde compatible avec l’existant. Sur le site internet, nous avions d’ailleurs rapporté le succès que les précédentes escales avaient rencontrées (relire l’article en cliquant ici).

 

En juillet dernier, la Communauté de Communes « Pointe du Medoc », en même temps qu’elle votait contre le terminal méthanier, appuyait l’idée d’un développement économique du port en soulignant qu’elle souhaitait développer « la réception des navires de croisière dans des conditions optimales avec la réalisation d’un espace d’accueil ou gare maritime pour les passagers ». Le développement du trafic de croisière constitue l’une des pistes d’un autre développement du port en eau profonde. La mairie du Verdon et l’office du tourisme avait d’ailleurs commencé à travailler cette idée. Lors des précédentes escales, avec l’accord des autorités portuaires, des commerçants s’étaient installés sur les quais afin d’essayer de vendre leurs produits.

 

Les choses allaient donc dans le bon sens. Malheureusement lors de l’escale d’aujourd’hui, les commerçants n’ont pas eu accès au quais. A l’entrée du port ce matin, tout en refluant les badauds qui cherchaient à s’approcher du paquebot, les dockers avançaient qu’il ne s’agit que de l’application de normes de sécurité… On imagine bien que de telles normes existent mais alors pourquoi, lors des précédentes escales, la direction du port avait-elle autorisé l’installation de stands sur les quais ? Du côté de la mairie du Verdon, il se murmure que le changement d’attitude du port s’explique par le vote contre le terminal méthanier des délégués verdonnais à la Communauté de Communes de la Pointe du Médoc.

 

Maintenant que la menace du terminal méthanier s’éloigne, ne serait-il pas temps de chercher ensemble un développement économique qui satisfasse la population, les élus de même que le port de Bordeaux ? Ne doutons pas qu’ une fois ce développement trouvé nous l’encouragerions tous ensemble.

6 commentaires pour Le paquebot Oceana au Verdon – une occasion manquée

  1. Je suis fidèlement l’évolution de la situation en lisant les mails envoyés. Les choses semblent  »s’arranger » et la raison l’emporter. Que certains tentent le tout pour le tout est regrettable. Ces  »jusqu’auboutistes »mènent leur dernier combat…il faudra bien qu’ils se résignent, pour le respect de tous et , surtout, celui de la nature.

  2. ADDIP dit :

    L’accueil de paquebots est, bien sur, à encourager et développer.Le Médoc (donc Le Verdon), sur cette magnifique façade atlantique du sud ouest, en arrivant, via le phare de Cordouan, dans ce magnifique estuaire, pourrait encore valoriser son image de grand pôle touristique.Pourquoi ne pas profiter de la « zône franche » pour implanter un complexe touristico-commercial, vitrine des richesses et savoirs faire du sud ouest, avec notamment une grande zône « duty free » pour les touristes étrangers venant découvrir cette région. Pôle d’animation également pour les touristes « terriens » des deux rives, cela conforterait le Grand Port Maritime de Bordeaux dans sa modernité et sa parfaite intégration dans l’activité touristique de l’Aquitaine tout en préservant de façon durable cet environnement exceptionnel du Médoc.

  3. mj1733 dit :

    Pour ces dockers , ‘la force prime le droit’ comme disait un certain Bismarck . Le prétexte sécuritaire invoqué ne cache pas la volonté des ‘gros bras’ de la CGT locale d’imposer un projet essentiellement capitaliste !

  4. Lapointe dit :

    Louvoyer est une manoeuvre efficace en navigation mais rarement en politiqueComme le dit l’adage «  » On peut tromper tout le monde qq temps …. etc…. etc …….  » Que les dockers  fassent payer aujourd’hui cette attitude à la municipalité s’explique Il est temps que chacun prennent franchement ses responsabilités sinon nous serons encore  perdants……… Et le développement du port du verdon ….. remis aux calendes bordelaises !!!

  5. Chris dit :

    Ce qui me gènes dans ce comportement, c’est que les dockers agissent en s’en prenant à d’autres commercants. Cela ressemble beaucoup à un caprice : si j’ai pas mon méthanier, les commerçants n’auront pas leur croisiéristes !Messieurs les dockers, acceptez que d’autres que vous puissent travailler même s’il s’agit de vivre du tourisme… surtout qu’en l’espèce, le tourisme promut par les paquebots de croisière utilise le port en eau profonde et génère une partie de votre activité.  

  6. Rosy dit :

    Je crains qu’il y ait confusion entre le personnel du port Autonome de Bordeaux et les dockers…il serait bon de se renseigner avant d’écrire un article qui sera lu par un grand nombre de lecteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>