Ode aux dockers bordelais

Publié le: 25 août 2009

Catégorie: Contributions adhérents

Vues: 1008

L’opposition au terminal méthanier a touché les coeurs comme en témoignent certains textes envoyés par les adhérents. Après la fable publiée ces jours-ci, nous publions aujourd’hui une “Ode aux dockers bordelais”. Les expressions argotiques sont expliquées dans un glossaire en fin de poème.

 

Ode aux dockers bordelais

 

Vous qui étiez autrefois les rats des cales sur les cargos

Escalant à Bordeaux

J’ai pu admirer la façon dont vous aviez la cagne

Vous n’avez pas connu l’époque des vrais dockers

Ceux qui couraient sur la caline

Avec une charge sur le dos

C’est mon sang par terre ,quand je vois votre conduite actuelle

À l’époque vos anciens avaient les épontilles en capilotade

Après le boulot

Vous n‘avez pas connu l‘époque où pour casser le millas

Vos anciens savaient débrider les caisses de vin vieux

Pour se rincer le gosier au Saint Estèphe ou au Saint Julien

Je ne parle même pas de l’époque

Où ils endossaient la gandoura, pour travailler sur les cargos frigo

Et vos anciens, eux savaient mailler la pantière

Le croc à la pogne et après le chef panneau disait

Vire mécano , au grutier

C’était le bon temps pour tous, navigants et dockers.

Vous êtes devenus des mécaniques

Comme sont les containers

Et vous allez gaillardement au rebéquat

Pour des choses qui vous dépassent

Le gas serait-il passé par là ?

 

Jean-Clément Roucayrol

Glossaire

Avoir la cagne : avoir la flemme

La caline : la planche d’accès aux cargos

C’est mon sang par terre : je suis bouleversé

Les épontilles : les épaules

Casser le millas : casser la croûte

Débrider les caisses de vin : façon élégante d’ouvrir et fermer les caisses de vin , sans laisser aucune trace et conservant le même poids, lesté avec des pierres et de la paille

La gandoura : paletot chaud pour travailler dans les cales frigo

Savoir mailler la pantière : préparer les palanquées , les élinguer

Le croc à la pogne : tous avaient un croc pour tirer les sacs de blé

Vire mécano : ordre donné au grutier pour qu’il enlève la palanquée

Aller au rebéquat : se rebeller, contester

Un commentaire pour Ode aux dockers bordelais

  1. Milou dit :

    oui c’est exactement ça. Et j’ai connu ce parler docker dés ma tendre jeunesse : j’ai commencé dans les cales (pas comme docker) dés ma prime jeunesse (17 ans) sur les navires des chargeurs réunis (Tessa, General Leclerc, Isigny etc…). Je remercie l’auteur de cette ode de me faire faire ce bond retro dans le temps.Mais je veux plutôt revenir sur l’espoir qu’a fait naître chez beaucoup Mr Bussereau. Où en est on de ces trafics altérnatifs promis pour le port du Verdon ? Je vous suggère de vous interresser à des indicateurs fondamentaux tels que le Baltic Dry Index, Le Commercial Paper Outstanding (anciennement lettres de change maritimes), ou le Harpex (plus spécialisé dans le transport des conteneurs).Vous comprendrez que c’était des promesses gratuites impossibles à tenir. De la poudre aux yeux !!NB : je ne vous met pas les URL, mais je pourrais vous les fournir, à votre demande.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>