Projet ENDESA à Lacq : un lien au projet de terminal méthanier ?

Publié le: 17 mai 2009

Catégorie: Infos générales

Vues: 1420

Le gisement naturel de Lacq est en voie d’épuisement mais les infrastructures industrielles, notamment les gazoducs de ce site, vont permettre à la société ENDESA FRANCE de présenter un projet à Os-Marsillon (64).

Il s’agira d’une centrale thermique, d’une puissance de 860 MW, fabriquant de l’électricité et fonctionnant au gaz (source Internet: « Endesa installe une centrale sur le bassin de Lacq » et « Bienvenue sur le site de la communauté de communes de Lacq ») ; ce projet, s’il se concrétise, sera pour le promoteur une excellente affaire puisque les infrastructures du site de Lacq sont évidemment raccordées au réseau national de distribution du gaz.
L’hypothèse de construction d’un gazoduc Le Verdon-Lacq n’est pas retenue par Endesa France, le coût de cette variante ferait s’écrouler la rentabilité financière du projet. De plus les capacités d’un terminal méthanier dédié à l’approvisionnement de la nouvelle centrale seraient disproportionnées ; il faudrait absolument trouver d’autres débouchés, aléatoires en situation de surcapacité gazière.

Il n’y a donc pas de corrélation entre le projet Endesa France de Lacq et celui du terminal méthanier au Verdon (Contact téléphonique : DRIRE Pau et Communauté de communes de Lacq).

Les cavités souterraines du bassin de Lacq sont convoitées par Total. Une fois vides de gaz naturel, cette société envisage d’y installer un site de stockage et de traitement de CO2 (Source Internet : Un pilote de démonstration à Lacq).

Jacques Gervais

7 commentaires pour Projet ENDESA à Lacq : un lien au projet de terminal méthanier ?

  1. vandenheede dit :

    Bonjour Avez vous vérifié qu’il n’y a pas des liens juridiques entre ENDESA et 4GAZ ? Je trouve étrange cette nouvelle situation alors qu’il n’y a plus d’actualité à ce sujet … en effet , le stockage du  est un élément essentiel  et pour 4GAZ la dépense nécessaire pour raccorder VERDON à LACQ est peut être envisageable et moins couteuse que les nouvelles installations envisagées par 4GAZ au VERDON. Il peut y avoir des accords et complicité sur ce genre de dossier. Reste à vérifier.  En espérant mon commentaire retenu , Un ami du NORD . Militant MODEM de Tourcoing   

  2. vandenheede dit :

    Lo, je viens de comprendre ENDESA est ESPAGNOL, le projet de 4gaz n’était il pas pour alimenter l’ESPAGNE ?? Avouez que la coincidence ….  Amitié Orange 

  3. vandenheede dit :

    encore moi : des choses étranges avec la Sté E.ON France SNET etc …  son PDG nouvellement promu un ancien de l’ENA , ça commence à faire beaucoup, non  !! A bientôt

  4. a baptiste dit :

    merci pour toutes ces informations diffusées au fur et à mesure que vous les collectez. elles renforcent les convictions des adhérents qui vous suivent dans vos démarches et alimentent leur volonté de mobilisation. A bientôt à l’AG 

  5. michel dit :

    Bonjour. Dans le même esprit,à propos des gazoducs de Lacq,——–une question de candide : entre Le Verdon et Pauillac ou ailleurs, y a-t’il toujours des oléoducs,du temps des immenses cuves du Verdon et si oui,pourraient-ils servir pour le méthane ?J’aimerais savoir ……et……..NO PASARAN!!!!!!!!!!

  6. A.H dit :

    Pour répondre à la question de Michel :non ,il n’ est pas possible de réutiliser les anciens pipelines qui servaient au transport du pétrole pour plusieurs raisons : 1) ces conduites abandonnées sans entretien depuis plusieurs decennies ne seraient plus utilisables pour quelques produits que ce soit; 2) en admettant qu’ elles aient été encore en état, leur section et leur conception ne seraient pas adaptées pour le transport du gaz, un produit totalement différent, plus corrosif que le pétrole et necessitant des stations ou des sous- stations de compression; 3)les dimensions des réservoirs de stockage sont telles que le volume de gaz qu’ elles génèreront necessite une section de gazoduc bien plus importante que l’ ancien  » tuyau » affecté au transport du pétrole ( surtout que le nombre de réservoirs est peut- être de 3 au départ pouvant aller jusqu’ à 5  cf. projet initial 4Gaz et que le produit GNL ne peut être stocké dans ces dits réservoirs que 2 à 3 jours maximum ).

  7. durand-lasserve dit :

    -Endesa (ex SNET) a obtenu, en octobre 2007, les autorisatioins admnistratives nécessaires pour installer à Os-Marsillon, dans le bassin de Lacq, une centrale comportant 2 cycles combinés gaz de 430MW chacun. Ce site a été choisi en 2006, année au cours de laquelle ont été signées, entre le Port de Bordeaux et 4Gas puis Endesa, les conventions de réservation de terrains en vue de la construction de terminaux méthaniers au Verdon.Endesa-France est le nouveau nom de la SNET. Endesa-France est devenue filiale d’E.ON (Allemagne) qui est engagée dans de nombreux projets gaziers, et notamment dans le projet de terminal méthanier d’Antifer.-Endesa-France a déclaré récemment qu’elle comptait acheter du gaz en provenance d’Algérie pour sa centrale de Lacq et non du gaz arrivant au Verdon. -Il n’y a pas de liens juridiques entre Endesa et 4Gas mais il peut y avoir des accords. Le directeur d’Endesa France déclarait, en novembre 2007, que Endesa pourrait s’entendre avec 4Gas pour le terminal méthanier du Verdon au lieu de construire 2 terminaux.-Il n’a jamais été envisagé de construire un terminal entre Le Verdon et Lacq. Le gazoduc qui devrait évacuer le gaz arrivant au Verdon doir relier ce terminal à l’artère de Guyenne.Maylis Durand-Lasserve, membre de la commission juridique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>