Escale des paquebots de croisière : une autre utilisation du port en eau profonde

Publié le: 1 avril 2009

Catégorie: Economie

Vues: 850

Ce mercredi 1er avril, le « Ventura », paquebot de croisière de 289 mètres de long accostait au port du Verdon. Ce géant des mers ne transporte pas moins de 5000 passagers. C’est dire si les routes de la pointe du Médoc se sont activées pour permettre aux bus de touristes de visiter notre territoire. Dans les rues de Soulac, ce matin, on se serait cru en plein été. Les commerçants vendaient à tour de bras et chacun arborait son plus beau sourire de début de saison.

L’autre aspect intéressant de cette escale est qu’elle est directement liée au port en eau profonde du Verdon. Ces paquebots géants ont en effet un tirant d’eau tel qu’ils ne peuvent pas remonter l’estuaire. Seule l’escale au Verdon est, pour eux, possible. Voilà l’exemple même d’une activité pouvant s’inscrire dans un autre développement économique, compatible avec l’existant (économie touristique, environnement, etc.). Cette année verra une importante hausse des escales de navires de croisière au Verdon. Entre le 1er avril et la fin décembre, ce ne sont pas moins de 12 paquebots qui s’arrêteront. Dès le 9 avril, un paquebot avec 2000 passagers fera escale au Verdon. Coïncidence des dates, au même moment, le conseil de surveillance du port de Bordeaux examinera son projet stratégique de développement dans lequel figure, en bonne place, le projet de méthanier.

Nous ne pouvons dès lors nous empêcher de rappeler une évidence : si le terminal méthanier venait à s’implanter, de telles escales seraient strictement impossibles. Le préfet n’accepterait jamais d’autoriser la circulation de bus et touristes sur un site SEVESO 2. Les zones de dangerosité ne tolèreraient pas une quelconque activité de ce type sur le port et à proximité. C’est donc encore tout un pan d’économie qui serait anéanti. Mais au fait, le BRA dans sa récente étude économique, a-t-il pris en compte l’éviction de telles activités économiques ? La réponse est non, bien entendu.

Rejoignez-nous samedi pour la manifestation afin de répéter une nouvelle fois «  NON au terminal méthanier ».

(rappel : manifestation, samedi 4 avril, 10h30, place de la Bourse à Bordeaux)

2 commentaires pour Escale des paquebots de croisière : une autre utilisation du port en eau profonde

  1. michel rigault dit :

    bonjourCes réflexions sont frappées au coin du bon sens !Ce type de trafic portuaire pourrait parfaitement être lié avec une activité oeno-touristique.Et  dans le monde il n’existe nulle part ailleurs un site présentantde telles potentialités.Les retombées socio- économiques profiteraient à toute une région et pas simplement à qq fonds de pensions …….Mais …………………………..

  2. Thomas N dit :

    Et je vous parie que 50 paquebots auraient plus  de  retombées économiques que leur satané terminal !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>