Etude BRA sur l’impact du projet sur l’économie locale

Publié le: 19 mars 2009

Catégorie: Economie

Vues: 703

L’étude commandée par le B.R.A sur les retombées économiques du projet de terminal méthanier du Verdon conclue, comme tout le monde s’y attendait, à ses effets positifs.

Nous nous interrogeons sur l’impartialité d’une étude dont le comité de pilotage comptait, sur les 7 membres autres que le responsable de l’étude, le représentant de 4Gas à Bordeaux, Philippe Prat, qui a longtemps travaillé au Port de Bordeaux, une représentante de la Chambre de commerce et d’industrie et un membre du BRA, organisme qui est logé dans le même immeuble que la CCI et qui est voisin de palier de 4Gas.

Le BRA et la CCI n’ont pas attendu les conclusions de l’étude pour défendre le projet. Il suffit, pour s’en convaincre, de se reporter à leurs interventions lors du débat public sur le terminal méthanier qui s’est terminé le 15 décembre 2007, soit il y a maintenant plus d’un an.

Nous reviendrons prochainement sur les arguments présentés dans l’étude commandée par le BRA.

Dans l’attente vous trouverez ci-dessous le communiqué de presse que nous avons envoyé que vous pouvez aussi télécharger en cliquant ici.



Etude BRA sur l’impact du projet de terminal méthanier

sur l’économie locale :

communiqué de presse de l’association Une pointe pour tous

 

 

En deux ans les promoteurs du projet méthanier et leur soutiens CCI de Bordeaux et ex PAB ont été incapables ne serait-ce que de construire un projet administrativement « recevable » (cf. récente décision préfectorale) .

 

En trois mois de débat public jamais la moindre étude indépendante, le moindre chiffrage argumenté n’a été porté à débat quant aux incidences positives à attendre d’un tel projet sur l’économie régionale.

 

Plus d’un an après le débat public, l’étude pilotée par l’agence BRA et la chambre de commerce de Bordeaux ne fait que ressasser des promesses de millions d’euros (en ne prenant même pas en compte le nouveau contexte prévisible d’une suppression de la taxe professionnelle assise sur l’investissement ?, ce qui reviendrait à ramener à une peau de chagrin les millions d’euros annuels annoncés…) et de centaines d’emplois, sans la moindre approche prospective sérieuse.

 

Pilotée par les soutiens du projet, présentée sans aucun débat contradictoire, elle apparaît comme un piteux effort de communication destiné à masquer le grotesque d’une situation ou s’enferrent jour après jour le maître d’ouvrage et ses derniers soutiens.

 

Or la réalité, qui avait été clairement mise en évidence lors du débat public, à partir d’études indépendantes (cabinet CODE pour la CDC Pointe du médoc, Comités départementaux du tourisme), c’est le risque énorme d’une déstructuration profonde de l’économie locale.

 

Quelques chiffres synthétiques tirés des études citées permettent de se faire une idée des réelles perspectives liées à l’implantation d’un terminal méthanier sur la zone :

 

Les deux tableaux suivants que nous avons réalisés à partir des données des CDT des deux rives et de l’étude CODE, permettent d’illustrer cet impact : le premier récapitule l’évolution prévisible (en termes de CA et d’emplois, ramenés en équivalents temps plein) de l’économie touristique des deux rives sur des hypothèses de baisse de fréquentation de 10% et 15% (inférieure aux 25 % cités dans le rapport BRA). Le second tableau fait le bilan en intégrant création d’emplois liés au projet méthanier et destruction d’emplois dans le secteur touristique.

 

 

L’implantation du terminal méthanier pourrait coûter de 100 à 350 emplois pour la côte médocaine et jusqu’à près d’un millier pour l’ensemble de la zone concernée (dans l’hypothèse d’une baisse de la fréquentation touristique de 15 %) et ce avec des pertes de chiffres d’affaires de 60 à 125 millions d’euros annuels ! ….

 

 

Poids de l’économie touristique

actuellement

-10% de fréquentation touristique

-15% de fréquentation touristique

Côte médocaine

nombre de nuitées

5600000

- 560 000

-840 000

chiffre d’affaire

245 M €

- 24,5 M€

- 36,9 M €

emplois (équiv. temps plein)

environ 2000

-200

-350

Pays Royannais

nombre de nuitées

16 969 866

- 1 696 966

- 2 500 000

chiffre d’affaire

587 M €

- 58,7 M €

- 89 M €

emplois (équiv. temps plein)

environ 4500

- 450

- 675

TOTAL

nombre de nuitées

22 569 866

- 2 256 986

- 3 340 000

chiffre d’affaire

612 M €

- 61,2 M €

- 125,9 M €

emplois (équiv. temps plein)

environ 6500

- 650

- 1025

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>