Si nous parlions sécurité

Publié le: 14 octobre 2008

Catégorie: Risques-Environnement

Vues: 1384

Par définition la sécurité est « une situation dans laquelle quelqu’un, quelque chose n’est exposé à aucun danger, à aucun risque d’agression physique, d’accident, de vol, de détérioration » (Larousse). Nous sommes confrontés à des mesures et règles de sécurité au quotidien: sécurité routière, civile, sociale, alimentaire….etc.

Le principe de précaution vient renforcer ces règles de sécurité. Par définition, il est « le fait d’agir avec circonspection, ménagement prudence »(Larousse) pour la protection des citoyens. Il est malheureusement des cas où règles de sécurité et principe de précaution ont été bafoués.

Rappelons nous AZF où des constructions ont été faites dans la bande des trois kilomètres rapprochant de Toulouse. Nous connaissons tous le triste résultat de l’explosion d’AZF du 21 septembre 2001: 30 morts, 4500 blessés, dégâts sur 4 KM à la ronde. Ceux qui ont vécu cela n’oublieront jamais. Quels seront les coupables? Je pense que ceux qui ont accordé les permis de construire dans l’espace des 3 Km ne doivent pas avoir la conscience tranquille.

Dans le cas du projet méthanier au Verdon/Mer, classé SEVESO hauts risques, il est impératif de prendre en compte le principe de précaution et de faire appliquer les lois concernant la sécurité des citoyens, en l’occurence de la population du Verdon/Mer. Faut-il rappeler que les premières habitations seraient situées à moins de 500 mètres du site classé comme risques maximums ? La seule solution pour l’Etat et les instances dirigeantes est de refuser ce projet qui ne respecterait pas les bases essentielles de la loi française. Le refus est impératif parce que le contexte l’impose.

La conclusion est simple : « Dura lex, sed lex » « la loi est dure mais c’est la loi ». Elle est faite pour être appliquée y compris et surtout dans le cas d’un tel projet classé, rappelons le, SEVESO hauts riques, avec tous les dangers que ce classement suppose.

Nicole Badot

4 commentaires pour Si nous parlions sécurité

  1. Jean BOTTARO dit :

    Bonsoir,    Je suis un des nombreux opposants au projet du Port Méthanier du Verdon, et j’ai participé, tout en habitant à Castelnau de Médoc, à de nombreuses réunions et manifestations, et je suis également adhérent à l’association « Une Pointe pour Tous ».    Je viens de lire la dernière lettre et j’approuve à 100% le fait qu’il faut que le principe de précaution pour la sécurité des habitants soit appliqué.    Par contre, je souhaiterai que « Une Pointe pour Tous » prenne position également contre le projet de Plateforme Géovia !    En effet, losque l’on parle de principe de précaution, il faut, comme vous le dites avec juste raison, le faire appliquer pour tous.    Donc, au sujet de ce Projet de Plateforme Géovia, il faut que l’asso tienne compte que cela va entrainer d’énormes nuisances, risques d’accidents, pullutions, et que cela concernera tout les habitants du Médoc.    Donc, je vous en prie, prenez en compte le fait que ce projet ne concernerra pas seulement le Verdon ou Soulac, mais tout l’axe principal de la RD1215 !    Je pense que vous vous êtes suffisament penché sur les problèmes et les nuisances qu’auraient créé les camions pour la construction du Port Méthanier, pour pouvoir aujourd’hui, admettre, sans aller bien plus loin, que les 100 camions annoncés (au bas mot), vont créer un risque majeur pour tous les Médocains.    J’attend des informations de votre part et j’espère, dans un souci de transparance, que mon commentaire sera publié et lisible sur le blog.    En vous remerciant Jean BOTTARO

  2. lili dit :

    Pour mémoire : Le principe de précaution a été inscrit dans la Constitution en 2005. Reconnu lors du sommet de Rio de 1992 et introduit dans le droit européen par le traité de Maastricht.Pour mémoire également, voici les articles de la Charte de l’environnemnet intégrée dans la Constitution française :

    Article 1er. – Chacun a le droit de vivre dans un environnement équilibré et respectueux de la santé.
    Article 2. – Toute personne a le devoir de prendre part à la préservation et à l’amélioration de l’environnement.
    Article 3. – Toute personne doit, dans les conditions définies par la loi, prévenir les atteintes qu’elle est susceptible de porter à l’environnement ou, à défaut, en limiter les conséquences.
    Article 4. – Toute personne doit contribuer à la réparation des dommages qu’elle cause à l’environnement, dans les conditions définies par la loi.
    Article 5. – Lorsque la réalisation d’un dommage, bien qu’incertaine en l’état des connaissances scientifiques, pourrait affecter de manière grave et irréversible l’environnement, les autorités publiques veillent, par application du principe de précaution et dans leurs domaines d’attributions, à la mise en oeuvre de procédures d’évaluation des risques et à l’adoption de mesures provisoires et proportionnées afin de parer à la réalisation du dommage.
    Article 6. – Les politiques publiques doivent promouvoir un développement durable. A cet effet, elles concilient la protection et la mise en valeur de l’environnement, le développement économique et le progrès social.
    Article 7. – Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d’accéder aux informations relatives à l’environnement détenues par les autorités publiques et de participer à l’élaboration des décisions publiques ayant une incidence sur l’environnement.
    Article 8. – L’éducation et la formation à l’environnement doivent contribuer à l’exercice des droits et devoirs définis par la présente Charte.
    Article 9. – La recherche et l’innovation doivent apporter leur concours à la préservation et à la mise en valeur de l’environnement.
    Article 10. – La présente Charte inspire l’action européenne et internationale de la France.

  3. wibil dit :

    en effet, je viens de regarder :http://bra.clever-hosting.net/fr/+Une-implantation-logistique+.html?var_recherche=connect%C3%A9ec'est une monstruosité qu’il nous faut combattre à tout prix de manière solidaire!!!je suis Saint Georgeaise mais le doublement du trafic m’inquiète autant que si j’étais Médocaine!Vous avez bien raison, Monsieur, nos intérêts en terme de qualité de vie et de préservation de notre environnement sont les mêmes!Si vous avez des liens vers une association ou une pétition, merci de nous les communiquer, vous pouvez être assuré de voir s’ajouter ma signature séance tenante!

  4. Jean BOTTARO dit :

    Bonsoir,    Au sujet des nuisances que pourraient apporter une plateforme logistique géante, je me tiens à la dispositions des personnes qui souhaiteraient me contacter directement au sujet du Projet Géovia (mon tél est sur l’annuaire).Jean BOTTARO – Castelnau de Médoc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>