Chose promise, chose due

Publié le: 21 août 2008

Catégorie: Infos générales

Vues: 1791

Le journal du Médoc en date du 15 août 2008 rapporte la prise de position de Yorik Glevarec, conseiller municipal au Verdon sur Mer, sous le titre « Yorik Glevarec dit non à 4gas ». Quand on connaît le silence pesant qui règne en mairie sur la question du terminal méthanier, on ne peut que se féliciter de cette prise de position.

On se rappelle qu’en avril dernier, la mairie avait organisé une consultation pour « 
connaître enfin l’avis des Verdonnais et des Verdonnaises et par voie de conséquence, l’avis du nouveau conseil municipal ». Le conseil municipal s’engageait à suivre l’avis des Verdonnais et à agir en fonction de celui-ci : « dès le 14 avril, le conseil municipal soutenu alors par la majorité des Verdonnaises et des Verdonnais prendra position et la fera connaître aux différents acteurs économiques concernés et particulièrement l’Etat qui sera amené à prendre la décision finale ».

Une délégation du collectif a été reçue le 17 juillet 2008 par le maire du Verdon, Jacques BIDALUN. Ce dernier s’est engagé, le moment venu, à acter la position de la population Verdonnaise dans toutes les procédures administratives. Il a également rappelé qu’en dehors des considérations personnelles, tous les élus, à l’unanimité, étaient « politiquement » contre le projet de terminal méthanier et que cela ne nécessitait pas de délibération pour officialiser cette position….et ce, malgré l’importance d’un tel projet !
La mairie peut-elle se contenter de cela ? Sans aucun engagement écrit ? Sans vote en conseil municipal ?

Yorik Glevarec se démarque totalement de l’attitude ambigüe actuelle du conseil municipal par sa franchise et ses convictions :
« Chose promise, chose due. Pendant notre campagne électorale, nous avons promis aux Verdonnaises et Verdonnais de les consulter par le biais d’un vote afin de fixer notre attitude en tant qu’élu sur le sujet du port gazier. Le vote ayant eu lieu, et la majorité ayant décidé de rejeter le projet 4gas, je tiens dons à déclarer publiquement qu’en tant qu’élu verdonnais, je suis fortement opposé à l’implantation d’un terminal méthanier sur notre belle commune…Il est certes vrai que notre commune a besoin de développement économique, c’est pourquoi je soutiens plutôt des projets tels que l’installation de la plate-forme logistique Géovia, qui devrait créer beaucoup plus d’emplois…Il faut se rappeler que quel que soit l’emballage ou sa présentation, un gâteau empoisonné reste nocif à qui veut bien le consommer, car du point de vue touristique, les estivants préféreront « se faire dorer » sur les plages soulacaises plutôt qu’à l’ombre de nos belles cuves verdonnaises ».

Le jouraliste de conclure « 
Les citoyens militant contre le projet de 4Gas attendent une position claire et sans compromis de la municipalité à ce sujet ». Le vote d’une motion en conseil, la modification du PLU (Plan Local d’Urbanisme) au niveau de la commune, l’élaboration du SCOT au niveau de la CdC Pointe du Médoc, constitueraient des outils de maîtrise pour l’essor industriel à venir et de protection face aux risques de projets d’implantation de sites Seveso 2. Ces éléments apporteraient une réelle réponse et permettraient de lutter contre le « contexte toujours lourd dans le village » dont parle le journaliste. Nous pourrions alors travailler tous dans le même sens pour oublier cet absurde projet et développer ensemble, et dans le respect des hommes et de l’environnement, ce territoire que nous aimons tous.

8 commentaires pour Chose promise, chose due

  1. peyrot dit :

    Félicitations à M.Yorik Glevarec pour sa lucidité et son courage.Qu’attend le conseil municipal pour prendre officiellement une position claire? Construire ce terminal c’est détruire ce beau site pour nos enfants ,petits-enfants et autres descendants.En a-ton le droit? 

  2. jean33 dit :

    pour faire suite à l’article qui affichait la position claire de Mr Glevarec. J’ajouterai que Monsieur le Maire du Verdon à dans ses mains un pouvoir très concret en tant que premier magistrat de la commune pour satisfaire le référendum qui avait confirmé l’opposition au projet de terminal méthanier : il lui suffit de rendre un avis défavorable à la demande de permis de construire déposé par « 4Gas » (comme tout maire peut le faire dans une demande de permis de construirte de maison individuelle),  les motifs légitimes de refus sont nombreux, de ce fait le dossier serait abitrer au service de conformité de la  préfecture. Si Mr Monsieur le maire ne rend pas d’avis défavorable dans le délais d’instruction celà vaudrait accord tacite pour la demande de permis de construire, ce qui serait le comble du cynisme et du non respect de la démocratie …

  3. Véronique Féraud dit :

    J’aimerais aussi penser que notre mairie est davantage soucieuse du respect de la démocratie que des interets du PAB,et souhaite à ce sujet vous faire part d’une petite histoire.Il y a quelques semaines, j’ai rencontré devant la poste du Verdon un de nos élus, un proche de Monsieur Bidalun, son bras droit… ou bras gauche. Ayant une entreprise artisanale sur la commune, ce Monsieur m’a proposé de rencontrer Monsieur Bidalun. La municipalité a en effet pour projet d’implanter une petite zone artisanale derrière la cimetière, pour « aider » les entreprises à s’installer et les « garder » sur la commune.Je lui ai répondu que notre devenir ici était suspendu à un certain projet de port méthanier…Lui ai expliqué que nous avions choisi notre installation ici pour la qualité de vie et que nous envisageons déjà de quitter la Pointe, au cas ou… Que l’essentiel de notre clientèle est liée à la plaisance et au tourisme… Que mon fils de 6 ans à l’école du Verdon… Que la mer, les ballades sur les marais le dimanche…Il m’a écouté, et a répondu que le port méthanier ne changerait rien à tout cela. Je lui ai alors présenté quelques uns des centaines d’arguments contre cet immonde projet. Il m’a répondu « Et pourtant ça se fera ».Et moi interloquée, « Et pourquoi ? Pour qui ? Ni pour vous ni pour nous, vous le savez bien !!! »Il m’ a alors expliqué que c’est une volonté de l’état. Pour diversifier les sources énergétiques. Pour une autonomie envers la Russie…Je suis partie avec une très grosse boule dans la gorge et encore plus de rage.J’aimerais tellement, comme jean33, que la Mairie rende un avis défavorable.PS. Désolé de ne pas nomer mon interlocuteur, j’ose à penser qu’il peut encore considérer la colère des Verdonais et de tous ceux alentours, lui qui demande toujours des nouvelles de mon fils et du papillon.Véronique.

  4. thomas n dit :

    C’est attérant en effet de voir des élus dans ce mode de pensée !Je vais être désagréable mais on en arrive à penser que des petits chèques ont dû circuler sous les tables !Est-ce  que l’association confirme que la mairie du Verdon est dans ce mode « De tout façon les carottes sont cuites » ??Si c’est le cas elle est belle la démocratie, parlons de république bananière !

  5. Christian BARRIER dit :

               Je veux ici venir en appui au commentaire parallèle de Véronique FERAUD.
               Il faut casser les reins à la tromperie organisée !           Son interlocuteur est parfaitement conditionné et à la botte de 4Gas.            L’argument de la diversification des approvisionnements ne tient absolument pas.           Une haut fonctionnaire Madame Tordjman nous a effectivement dit lors d’une séance de débat public à BORDEAUX qu’il fallait prévoir que les Russes puissent  »couper les robinets ».          J’ai déjà pour ma part alerté sur le fait que la diversité des approvisionnements n’était pas résolue par la multiplicité des points de réception . Cela se comprend très bien pour peu que l’on veuille y réfléchir…        Nul besoin de faire comme les mathématiciens qui mettraient cela bien en évidence par un petit diagramme ( notions de surjection et de bijection).
                C’est  un peu comme si l’on voulait prétendre q’une pénurie de patates au marché de gros ( par exemple faute de pouvoir en faire venir suffisamment des producteurs) serait résolue en créant un autre point de vente de détail !
                Et dans notre cas, il y a en plus DEJA pléthore des points de réception par rapport aux besoins réels.         
                La semaine dernière, Monsieur QUENTIN lui même lors d’une séance de projection à ROYAN, lors de ma remarque sur ce sujet ,( pour lui dire que ce discours fallacieux, trompeur entendu ici et là, ne me rendait pas tout à fait aussi optimiste que lui)  nous a répondu , je le cite, que c’était effectivement du ‘’pipo’’ et que madame Tordjman n’était pas le gouvernement.  
                La vérité me semble être que 4Gas vient là avec l’intention de prendre  part lui aussi  au festin  mais sans état d’âme sur les méthodes et sur le choix du lieu extrêmement préjudiciable aux Français.     Et pour continuer un peu ma comparaison, comme un commerçant qui viendrait s’implanter dans une commune pour faire concurrence à des commerces déjà existants  et en nombre suffisant , pour un produit particulièrement rémunérateur voulant s’ IMPOSER SOUS PRETEXTE qu’il va prendre un employé et payer ses impôts alors que le lieu de son implantation va être extrêmement préjudiciable aux habitants de la commune par des aspects dangereux, polluants, horribles et faisant fuir d’autres commerces porteurs de davantage d’emplois. QUELLES DECISIONS PRENDRAIT LE CONSEIL MUNICIPAL,  A MOINS D’ETRE CORROMPU JUSQU’A LA MOELLE et qui plus est: complètement indifférent pour  la santé et la sécurité de ses enfants ?
         N.B.  L’image, vous l’aurez compris, n’a pas un lien direct avec la commune du VERDON , l’extrapolation doit être faite à une plus grande échelle. Les nuisances vont bien au delà .
     P.S. N’oublions pas dans la comparaison des charges d’entretien,d’approvisionnement ,de sécurité, d’ accès etc.. supplémentaires, au bout du compte à charge répercuté forcément sur tout l’ensemble des contribuables même si ce commerce devra en payer une bonne part !    NON, VOUS NE REVEZ PAS !      
     
            
     

  6. Marie dit :

    Si je ne m’abuse, pour Rabaska aussi l’argument de l’indépendance énergétique était avancé. Or, à vérifier à nouveau, mais de mémoire de lecture, désormais Gazprom est carrément rentré dans le consortium d’exploitation du terminal de Rabaska.A ce jeu-là, supercherie ou « pipo » sont de faibles mots.Avec les événements survenus en Ossétie, on entend beaucoup parler ces temps-ci d’indépendance énergétique vis-à-vis de la Russie. Or, multiplier les sources d’approvisionnement énergétique ne me semble pas la garantie d’une indépendance, mais plutôt d’une dépendance vis-à-vis d’un plus grand nombre de pays producteurs. La véritable indépendance ne serait-elle pas de produire de l’énergie chez nous ? Je vous invite à consulter le site de la Région Aquitaine où il est question d’un rapport sur les éoliennes en Aquitaine. Et le rapport montre combien l’Estuaire est une zone particulièrement privilégiée pour l’installation d’éolienne. http://region.aquitaine.fr/vie-de-l-institution/l-aquitaine-dans-le-vent.html

  7. michel dit :

    La petite histoire contée par véronique est hélas la triste réalité …….ce discours est largement répandu, sciemment et sans aucun srupules !!!Sa pudeur et son respect de ne pas citer, cet élu cynique et dépourvu de tout sens moral, l’honore.Sa rage doit être partagée et la réponse à donner est d’assister de plus en plus en plus nombreux au conseil municipal pour faire sortir les élus de leurs ambiguités et de leur manque de courage ……..

  8. franck dit :

    Etre présent à tous les conseils municipaux, je n’en ai malheureusement pas le temps. Et puis, je pense que tout ça se jouera à un autre niveau bien que la mairie ait des munitions entre les mains. Au fait, pourquoi ne pas pousser le raisonnement jusqu’au bout et demander à la mairie de s’associer aux démarches juridiques ? Une ligne budgétaire allouée sur un sujet aussi essentiel pour l’avenir du village ne serait pas inutile ? Connaissant l’irréactivité des élus jusqu’à présent, je doute bien sûr qu’ils s’engagent dans une telle démarche.Je salue cependant l’honnêteté et la conscience citoyenne de yorik Glevarec.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>