Mise à l’étude du Parc Naturel Marin

Publié le: 23 juin 2008

Catégorie: Risques-Environnement

Vues: 711

Dans un communiqué de presse en date du 20 juin 2008, Jean-Louis Borloo et Nathalie Kosciusko-Morizet annoncent la mise à l’étude du Parc Naturel Marin sur l’Estuaire de la Gironde et les Pertuis charentais. Ce premier pas en direction du parc naturel est décisif et l’association ne manquera pas d’être partie prenante de la procédure qui se met en route en apportant notamment sa contribution en remettant aux membres de la mission d’étude la liste des milliers de pétitionnaires (au nombre de 5712 au 20 juin 2008) qui réclament cette création.

La décision est d’autant plus importante que le communiqué de presse ne manque pas de préciser l’intérêt d’une aire marine face à certains projets de développement. « Les projets d’aménagement de l’estuaire de la Gironde et des pertuis charentais devront être examinés à l’aune des engagements du Grenelle de l’environnement ». Pour reprendre ce que disait Jean-Louis Borloo, dans une interview au journal Sud-Ouest, terminal méthanier ou aire marine protégée, « on fera pas les deux ! ».

Pour lire le communiqué de presse, vous pouvez soit le télécharger en cliquant ici (format pdf), soit le lire ci-dessous.

———————————————————————————————————————–

Suite à une première consultation d’acteurs socio-économiques et d’élus locaux et d’examen des aspects scientifiques, Jean-Louis BORLOO, ministre d’État, ministre de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de l’Aménagement du Territoire et Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET, secrétaire d’Etat à l’Ecologie, ont décidé de mettre à l’étude un projet de parc naturel marin sur l’estuaire interne et externe de la Gironde ainsi que sur les Pertuis charentais. Ce projet s’inscrit dans le cadre des engagements du Grenelle en faveur d’une gestion durable et concertée des ressources du littoral et de la mise en place de 10 parcs naturels marins d’ici à 2012.

Les premiers résultats de cette étude, conduite sous l’autorité des préfets (préfet maritime de l’Atlantique, préfets de Gironde et de Charente-Maritime), et en pleine concertation avec l’ensemble des parties prenantes, sont attendus pour la fin du premier semestre 2009. La création du parc naturel marin pourra être alors envisagée.

Un tel parc naturel marin sera d’abord un moyen de sécuriser les importants enjeux économiques liés à l’exploitation des ressources naturelles, en premiers lieux la pêche et la conchyliculture, grâce à une gestion durable des écosystèmes. Il permettra également de préserver les patrimoines naturels qui font l’attractivité touristique de cette zone et de conforter ainsi l’activité économique de loisirs, notamment balnéaire et de plaisance.

La nouvelle structure à l’étude devra proposer des modalités de rapprochement entre les acteurs de l’estuaire et ceux des Pertuis charentais, dont les milieux humains et naturels sont largement inter-dépendants.

L’estuaire de la Gironde est incontestablement connu pour sa valeur patrimoniale, liée notamment à la présence d’espèces phares, comme la dernière population de l’Esturgeon d’Europe. L’estuaire a su garder son caractère naturel remarquable, ceci en présence du port de Bordeaux et de la centrale nucléaire du Blayais. Il cumule ainsi une grande diversité biologique, un milieu remarquable et productif, et des usages variés et nombreux qu’il convient de pérenniser dans une logique de développement durable.

Les projets d’aménagement de l’estuaire de la Gironde et des Pertuis charentais devront ainsi être examinés à l’aune des engagements du Grenelle de l’Environnement et dans la perspective d’un nouveau parc naturel marin ce qui à l’évidence pose question.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>