Prise de position d’ Alain Juppé sur le projet méthanier

Publié le: 19 juin 2008

Catégorie: Infos générales

Vues: 925

Mépris du point de vue des populations et élus concernés
                    … silence sur la préservation du patrimoine naturel
                                        … et sur l’impact désastreux sur l’économie locale

Après l’affaire du Grand contournement de Bordeaux, le dossier du terminal méthanier du Verdon, porté par le PAB et 4Gas, est une nouvelle occasion de s’interroger sur la sincérité d’Alain JUPPE quant au développement durable,
et sur sa crédibilité à incarner un projet et un avenir au-delà de l’agglomération bordelaise et des pressions du PAB et autres milieux d’affaires bordelais.

Après avoir répété qu’il donnerait son point de vue sur le projet de terminal méthanier une fois que la Commission particulière du débat public aurait remis son compte-rendu (ce qui fut fait le 14 février dernier) puis avoir conservé le silence, Alain JUPPE un temps ministre de l’Aménagement et du Développement Durable, rappelons-le, déclare, le 17 juin, au bout de plus de 18 mois de silence, ( de réflexion ?) que « il s’agit d’un sujet difficile……. Sur le visuel, l’état actuel du projet prévoit un enfouissement assez important des 3 cuves, à 20 mètres aujourd’hui, soit la moitié, l’investisseur est prêt à faire beaucoup de progrès……il y a encore de longues périodes d’études à venir », on est d’abord bien sûr confondu par la langue de bois, mais aussi ,
et c’est plus grave, par l’absence totale de mise en perspective du problème au-delà de la simple récolte de taxes pour le PAB, or :

– Les installations, classées Seveso II, sont toujours prévues à 450 m des premières habitations et à 800 m de l’école du Verdon, du jamais vu pour un terminal méthanier !…

– Les risques maritimes n’ont toujours fait l’objet d’aucune étude ( !)

– Tous les experts savent que l’enfouissement des cuves ne peut être que très partiel étant données les caractéristiques du terrain.

- L’activité des deux rives de l’estuaire, très fortement liée au tourisme, sera gravement compromise par la construction du chantier et l’exploitation des installations. Les entreprises d’aquaculture de l’entrée de l’estuaire seront directement menacées.

– Les deux parlementaires qui représentent la population du Nord Médoc, directement concernée par le projet, Pascale Got, Député du Médoc, et X. Pintat, Sénateur-maire de Soulac ont fait part de leur opposition au projet ; de même pour les élus de Charente Maritime, dont Didier Quentin, Député-maire de Royan, Dominique Bussereau, président du Conseil Général de Charente Maritime, S. Royal présidente du conseil régional Poitou-Charentes…et la plupart de tous les autres élus concernés des deux rives.

« Les contreparties financières positives pour le port du Verdon » dont parle A. Juppé sont loin d’être avérées, étant données les charges publiques considérables qu’entrainera la mise en œuvre du projet sur le site retenu (le PAB n’a même pas fait d’appel d’offres pour choisir l’opérateur qui pourrait utiliser au mieux le terrain qui jouxte l’appontement qu’utiliserait 4Gas).

– La question des menaces terroristes n’est toujours pas abordée alors qu’elle est prise très au sérieux par l’OTAN, et par tous les autres pays développés.

– L’estuaire de la Gironde est le dernier estuaire naturel d’Europe. Le recours aux énergies fossiles doit considérablement diminuer dans les années à venir : le terminal ne servirait que quelques années mais détruirait définitivement un patrimoine naturel unique en Europe.

Les populations des deux rives de l’estuaire ne savent que trop ce qu’elles peuvent attendre « des longues périodes d’études à venir ». 

Pour Alain JUPPE c’est sa crédibilité qui est en jeu ici
. Ce qui est une évidence pour les milliers d’adhérents de notre collectif directement concernés par l’aberration du projet de terminal gazier ( nous venons de passer la barre des 5000), pourrait très vite aussi le devenir pour les centaines de milliers d’aquitains attachés à leur région, son environnement et l’avenir de ses emplois.

Nous attendons tous maintenant des élus autre chose que la simple poursuite de vieux schémas appuyés par des corporatismes dépassés, nous attendons d’eux une réelle et courageuse analyse des nouvelles problématiques du développement, de l’imagination, des idées …..et des actions en cohérence.

 

                                                      Le Bureau du collectif « Une Pointe pour tous »

5 commentaires pour Prise de position d’ Alain Juppé sur le projet méthanier

  1. LEFEVRE Frédéric dit :

    Je suis stupéfait de l’avis porté par M Juppé sur le projet du port méthanier, il s’agit bien de langue de bois.J’ai posé la question il y a maintenant 2 mois sur le site de la présidence de la république, la réponse se fait attendre..Néanmoins, en lisant le canard enchainé du 18.06.2008, page 4, sur le géant Numéricable, on apprend que le demi frère de notre président, Olivier, est directeur d’un des fonds d’investissement de Carlyle. Carlyle que l’on retrouve derrière la société 4gas.Le monde est petit et peut expliquer la frilosité de certains politiques de tous bords à s’engager clairement contre ce projet « minable ».Certains intérêts et relations étant à préserver. 

  2. philippe, talais dit :

    Mr JUPPE , sud-ouest 24 juin, se sent trés honoré que d’aucuns pensent à lui pour conduire les élections européennes de 2009,; qu’il soit sûr que nous serons nombreux à nous rappeler à cette occasion éventuelle, son manque d’envergure et de courage politique, s’il ne retrouve pas rapidement un minimum de crédibilté sur ce dossier test du terminal méthanier .

  3. François dit :

    Des responsabilités nationales, voire même européennes demandent à sortir des petits intérêts partisans et locaux.M. Juppé doit prendre un peu d’ampleur et de hauteur…mais où sont donc passés les engagements du Grenelle ? Moins de discours, plus d’action.Merci à ceux que vous faites contre le méthanier : nous sommes nombreux à vous soutenir.

  4. Bernard dit :

    M. Juppé devrait avoir honte. A force de faire semblant d’être pour le développement durable, tout ça se retournera contre lui. Regardez déjà la question du classement UNESCO de Bordeaux. Ce classement est en train de vasciller car M. Juppé ne prend pas suffisamment soin de son patrimoine en laissant le PAB découper des ponts ou les maintenir dans des états minables.Au Verdon, ce sera pareil : laissez s’installer 1 SEVESO, c’en seront 10 qui arriveront. Et là, M. Juppé, vous regretterez bien de vous être laissé embobiner par le PAB… Car ce sera toute notre région, dont le Conseil Régional vente actuellement,  dans une publicité, l’état exceptionnel de préservation, qui sera irrémédiablement entachée par de l’industrie lourde.

  5. poder eric dit :

    Monsieur Juppé n’est pas ministre de l’environnement, mais il aurait pu l’être!Quand aurait-il été s’il avait du prendre position?Comme à son habitude : DROIT DANS SES BOTTES AVEC LES PIEDS SALES!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>