Poursuite du projet : quelques réactions de nos politiques

Publié le: 10 juin 2008

Catégorie: Infos générales

Vues: 1628

Samedi 7 juin, nous apprenions par voie de presse que 4Gas poursuivait l’instruction de son projet de terminal méthanier. Pourtant, depuis plusieurs mois, la mobilisation populaire et politique n’a fait que croître. Un certain nombre de voix se sont déjà fait entendre pour dénoncer la poursuite du projet malgré l’opposition massive qu’il rencontre.

Différents acteurs politiques de la région ont ainsi réagi dès le 7 juin, dans le journal Sud-Ouest.

La Député du Médoc, Pascale Got, a ainsi réitéré son opposition au projet. « Ma position n’a pas changé depuis le débat public. Ce projet n’est pas satisfaisant pour le Médoc. Il n’offre pas un bon équilibre entre l’emploi et la protection environnementale et présente plus de désagréments que d’atouts. »

Le maire du Verdon, Jacques Bidalun, a annoncé que « Dès qu’une procédure administrative sera lancée, il ira dans le sens indiqué par les électeurs lors de la consultation le 13 avril dernier. 68% des Verdonnais s’étaient prononcés contre cette implantation. Sachant que la question posée portait sur l’ensemble de la zone industrialo-portuaire. ». Nous comptons sur la municipalité verdonnaise pour faire entendre l’opposition de ses administrés.

Le Sénateur maire de Soulac, Xavier Pintat, est lui aussi revenu sur le refus des Verdonnais de voir ce terminal s’installer en soulignant que « cet équipement n’est ni souhaité, ni souhaitable ». Après s’être arrêté sur le problème de la surcapacité gazière, il a annoncé qu’ « il va falloir maintenant contester ce projet sur le plan juridique. »

Dominique Bussereau, secrétaire d’Etat aux transports et Président du Conseil Général de Charente-Maritime
, a relevé l’unanimité de l’opposition : « Ils s’engagent dans une impasse. Ce projet rencontre l’opposition des élus de Charente-Maritime et de Gironde, toutes sensibilités confondues. Celle de la population également. ». Il s’est ensuite arrêté sur l’incompatibilité au Grenelle de l’environnement et l’inadéquation à la politique énergétique voulue par la France avant de conclure : « Je ne comprends pas, hormis pour des motifs financiers, ce qui peut pousser 4Gas à perdurer dans un projet globalement néfaste et inutile. »

Dans un communiqué de presse, à lire en cliquant ici, le Député maire de Royan, Didier Quentin, a insisté pour sa part sur le double non-sens que représente ce projet. C’est d’abord un « non-sens économique » du fait de l’inutilité de cet apport gazier et de l’effet dévastateur qu’aurait l’implantation d’un terminal méthanier sur l’économie en lien au tourisme. C’est aussi un « non-sens écologique ». Dans un article daté du même jour, Didier Quentin rapporte ainsi son espoir dans un classement de l’estuaire en aire marine protégée.

Le journal Sud-Ouest en date du 9 juin a apporté un certain nombre d’autres déclarations.

Les Verts-Médoc ont de nouveau rejeté ce projet. Pour Stéphane Saubusse, porte-parole des Verts-Médocs, « un terminal méthanier est injustifiable et anachronique compte tenu du prix de l’énergie et de l’émission de gaz à effet de serre. Priorité doit être donnée aux énergies renouvelables. »

L’argument écologique a aussi été évoqué par Jean-Pierre Tallieu, Président de l’Agglomération Royan-Atlantique : « c’est complétement aberrant de voir cela alors même que l’Etat met le turbo pour le zonage Natura 2000 en mer. » Mais Jean-Pierre Tallieu est allé plus loin an annonçant : « Nous sommes tous solidaires. L’agglomération s’est assurée les services du cabinet d’avocat de Corinne Lepage pour défendre ses intérêts ». 

13 commentaires pour Poursuite du projet : quelques réactions de nos politiques

  1. DENIS dit :

    Si la quasi-totalité des élus est contre le projet de 4GAS, si la quasi-totalité de la population des deux rives de la Gironde est contre le projet de 4GAS, qui reste-t-il à convaincre pour faire annuler ce projet ? Le préfet de Gironde ? Le ministre de l’Environnement ? Le Premier Ministre ? Le Président de la République ? Si c’est le cas, il serait sans aucun doute souhaitable que nos Elus « fassent le forcing au plus haut niveau » me semble-t-il, quand la FRANCE va prendre la Présidence de l’EUROPE début juillet.

  2. DELESQUE dit :

    Nos politiques ne peuvent plus qu’être contre le projet si ils ne veulent pas perdre les prochaines échéances électorales et tout ce qui va avec. Le silence de Mr le Maire de Bordeaux est affligeant, essayons de le sensibiliser et de le pousser à s’exprimer, prendre position. Faisons une lettre ouverte dans le presse.La pression doit monter de la rue et il serait bon de passer à des actions plus médiatiques, certains ponts mériteraient d’être bloqués en famille lors de grandes transumances.La lutte ne fait que commencer.

  3. PINGUET dit :

    Billet d’humeur « MOROSE »La spéculation boursière agite le microcosme « gaz/pétrole…Ceci posé, pourquoi la France est-elle prioritairement choisie par les grands groupes pour construire des installations aussi dangereuses que les terminaux méthaniers? Les demandes d’autorisations sont nombreuses ces temps -ci. Vraisemblablement parce que ces lobbies savent que l’appât du gain résonnera aux oreilles de certains comme le chant des sirènes et, le temps poursuivant sa route, les craintes s’estomperont, les projets s’installeront d’eux -mêmes dans l’inconscient des riverains… Il semble (si j’ai bien lu la presse régionale) que certains aient déjà franchi le pas! Ils devraient pourtant savoir qu’il faut jouer collectif pour aboutir et parfois savoir perdre des avantages immédiats pour gagner sur le long terme. La course d’endurance ne fait que commencer.Mais ne nous trompons pas de cible : Les marionnettistes sont ailleurs et si deux mille quidams en colère, sont tenus pour quantité négligeable, c’est qu’ils se croient invulnérables. les réponses sibyllines ou les silences des responsables nationaux les encouragent peut -être à persévérer dans un projet totalement inutile et inacceptable. Un peu de courage que diable!

  4. monique garrez dit :

    A défaut de pouvoir contacter Monsieur le Maire Bordeaux, vous pouvez laissez des commentaires sur les Bolgs de Madame la député Michèle DELAUNAY « Michèle DELAUNAYBlog réforme portuaire » et Madame la député Pascale Got « blog archive port-méthanier » peut-être seront nous entendu ? 

  5. jean33 dit :

    Le tour de passe passe a assez duré, Les marionnettistes effectivement ils nous prennent pour des imbéciles, à ma connaissance le terrain est sous tutel du ministére des transports, et le prefet n’est pas nommé par 4Gas . Des procédures juridiques pour ralentir le projet c’est un peu de poudre aux yeux, si l’intention est d’abandonner ce projet, c’est maintenant que nos politiques doivent rendre publique leur copie, avec un planning des actions et résultat concret. Car dans ce type de combat halte aux promesses, place aux actes. Pour ce qui est des recours juridiques cela ne change rarement le fond, combien d’autoroutes contestées ont été abandonné? Prennont le cas du canal Rhin/ Rhones qui lui a été abandonner sur décision de la ministre de l’environemment de l’époque Mme Voynet qui ne s’est pas planquée derriére le gouvernement. Il faut assumer jusqu’au bout ses idées et ses paroles.

  6. Pierre et Luisa dit :

    Demain 14 juin 2008Quels hommes et femmes politiques verrons nous sur la plage de la Chambrette ?Toujours les mêmes ……….?????Rendez vous demain soir pour faire les comptes.

  7. Thomas N dit :

    Sud Ouest n’a même pas daigné mettre en ligne la lettre ouverte dont la publication avait été annoncée….

  8. la Singette dit :

    Bonjour à toutes et à tous par delà les deux rives….A quand, cet été durant la pleine saison une grande manifestation au Verdon, avec les habitants des deux rives et les vacanciers ?Ca urge !!!!
     
    Ne comptons que sur nos propres forces et n’attendons rien des politiques.La Singette chroniqueuse au Mague qui a publié une interview d’Une pointe pour tous
     

  9. bonneau dit :

    Monsieur le 1er ministre Alain Juppé, Votre parcours inspire le respect : sur les sommets comme dans les vallées, vous avez su rester un homme digne et compétent. Votre séjour au Canada vous a enrichi d’une nouvelle vision pour vos contemporains et les générations futures : la défense de l’environnement. Vous étiez même destiné à devenir Ministre entrainer la France dans la nouvelle orientation du développement durable. Un revers passager vous a privé de la fonction, mais ou est passé votre nouvelle vision et votre passion pour cette cause cruciale ? Vous restez un homme éminent, influent, attaché à l’Aquitaine, à son destin.Un port méthanier dans l’estuaire de la Gironde ! Face à ce péril, votre silence avant les municipales a été compris, mais aujourd’hui, que dites-vous ? que faites-vous ? où êtes-vous ? Nous vous attendons. Levez-vous avec nous. Ou lâchez-nous, mais parlez, osez.

  10. jean 33 dit :

    Le discours de Mr Alain Juppé est clair , il est favorable au projet, son silence n’avait rien de surprenant, il est énarque avant tout,  les réseaux et cercles privés sont en action, la mairie de Bordeaux ne se met pas au vert mais plutot au billet vert !!!Les enquetes d’utilités publiques, foutaise de technocrate qu’il faut bien occupper pour justifier leurs salaires, leurs conclusions sont toujours favorables aux projets, avec comme conclusion qu’il sera nécessaire de planter 3 lauriers chétifs pour cacher la misère et un tas de sable !!La France d’en bas ils s’assoient dessus, les cadres supérieur en font partie, même si ils ont l’impression d’appartenir à « l’élite » de la nation, personnes ne doient etre dupe de la menace qui pèse sur les 2 rives, nous sommes véritablement dans une démocratie à la Chinoise, la France prend vraiment des allures de régime totalitaire malgrès sont écrin soit disant démocratique, tellement démocratique que le journal Sud Ouset n’a pas voulu publier la lettre ouverte de l’association, un boycot à la Chinoise du journal sur le Médoc et le Royanais serait très efficace dans ce type de rapport de force ! Bien plus efficace quad il s’agit d’argent.   

  11. rere dit :

    Il y’avait aujourd’hui un chat avec Alain Juppé sur le développement durable, sur le site http://www.enlignepourtaplanete.fr.Il a été interrogé sur la question du port méthanier.Extrait :Le port Methanier du Verdon vous préoccupe-t-il??? M. Juppé, bonjour. J’aimerais
    connaitre votre position sur le projet d’implantation d’un port
    Méthanier au Verdon, malgré l’avis négatif de sa population (70%
    contre) et les lourdes conséquences environnementales, tant au niveau
    des rejets que du visuel. Réponse : Sujet difficile. Il ne faut pas faire de dogmatisme. Ce dossier doit
    être étudié. Sur le visuel, l’état actuel du projet prévoit un
    enfouissement assez important des 3 cuves, à 20 mètres aujourd’hui,
    soit la moitié. L’investisseur est prêt à faire beaucoup de progrès.
    Pour la sécurité de l’installation, ce sont des techniques parfaitement
    maîtrisées. Et il ne faut pas oublier toutes les contreparties
    positives, au niveau économique notamment pour le port du Verdon. Il y
    a encore de longues périodes d’études à venir. »Sans commentaire.

  12. thomas N dit :

    Sans commentaire vous êtes bien aimable, moi je le renverrai de suite au Québec en aller simple. Affligeant mais en effet on comprend le silence !Bravo Monsieur Juppé, maintenant on sait et ce n’est pas à votre honneur. J’aimerais bien voir les contreparties positives. Faudrait que l’on m’éclaire car je n’ai vraiment rien remarqué. On parle des 30 emplois ou il y aurait des dessous de tables  ???

  13. Barrier dit :

    Il faut absolument porter rapidement le débat au niveau national , interpeler le bon sens et l’honnêteté de tous les députés . Mais il faut s’organiser,l’association qui a les moyens de le faire, doit rassembler le plus d’opposants possibles cer été avec pour but par exemple et entre autres  de protester devant tous les médias réunis tant pour l’université d’été du parti socialiste à la Rochelle que de l’UMP à Royan.L’UMP a la possibilité d’arrêter tout pour raison de sécurité .Que l’on ne nous raconte pas d’histoire d’état de droit .Droit de mettre des populations en danger?Assez tournicoté messieurs les politiques : droit au but! 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>