Quand la menace du méthanier bloque l’immobilier

Publié le: 14 mai 2008

Catégorie: Economie

Vues: 1046

Durant le débat public, nous avions souligné, aux côtés de nombreux acteurs économiques, le problème immobilier que représente le projet de terminal méthanier. Le journal Sud-Ouest, dans son édition royannaise du mardi 13 mai, présente un article approfondi sur le sujet.

 

Actuellement, « à l’état de simple projet, le terminal fait déjà reculer certains acheteurs » note le journaliste. Qui investirait les économies d’une vie à proximité d’un site pollué et dangereux ? Pas grand monde, à en croire les clients de l’Agence des Plages de Royan qui « disent qu’ils achèteront ailleurs si le projet se fait ». L’ombre du méthanier bloque donc déjà les investissements. Mais il y a plus grave puisque certains propriétaires vont même jusqu’à mettre en vente leurs biens, par peur du méthanier ou par anticipation d’un futur effondrement des prix.

 

Que se passerait-il en cas de réalisation du projet ?

Selon Béatrice, d’Océan Immo, « les conséquences [seraient] terribles ».  Mathieu Delagarde, rédacteur de l’article, note ainsi que « dans sa grande majorité, la profession s’attend à une très nette baisse de l’activité en cas de réalisation du terminal méthanier ».

Certains agents immobiliers royannais relativisent en notant que « c’est de l’autre côté » (en Médoc) ou en avançant que « c’est plus un problème de vue que de nocivité ».

 

Nous touchons là les limites de l’article. Car sur le marché immobilier, « tout signal alarmiste pourrait entraîner une chute des prix ». Certains préfèrent ainsi occulter l’extrême dangerosité que représente le passage de méthaniers à quelques centaines de mètres des côtes.

D’autres oublient de parler du projet à leurs clients. Benoît Allix, de l’Agence Alcyade de Royan, présente sa démarche : « On n’en parle pas forcément. On le dit quand les gens sont curieux et posent des questions ».

 

L’aspect girondin du problème ne doit pas non plus être oublié. C’est d’abord du point de vue des particuliers que le problème se fait sentir. Un achat immobilier se réfléchit sur plusieurs décennies et représente le patrimoine légué aux enfants. Comment investir sereinement face aux incertitudes que fait planer le projet ? Et en cas de réalisation, quelle sera la valeur future des maisons ? Le PLU (plan local d’urbanisme) et le PPR (Plan de prévention des risques naturels et technologiques) généreront, à n’en pas douter, de nouvelles servitudes liées au terminal.

 

Comme le dit l’article de Sud Ouest, « l’immobilier [est] dans l’attente ». L’exemple de la ZAC de Port Médoc, future zone immobilière jouxtant le port, est, de ce point de vue, parlant.

De l’avis de tous, le développement d’une zone d’habitat est indispensable à la vie du port et de ses commerces. Et pourtant, une fois encore, quel propriétaire de bateau acceptera d’investir à proximité d’un port dont le fonctionnement pourrait être entravé par le passage des méthaniers ? L’image d’un port vert n’est évidemment pas compatible avec celle d’un site industriel.

 

Tant que le projet n’est pas abandonné, il bloque les investissements. S’il venait à se faire, le marché immobilier en souffrirait lourdement. La problématique immobilière est l’une des facettes de l’impasse économique dans laquelle nous mènerait l’implantation d’un port méthanier.

 

Pour lire l’article du journal Sud Ouest, cliquez ici

5 commentaires pour Quand la menace du méthanier bloque l’immobilier

  1. rigault dit :

    bonjourje peux apporter un témoignage vécu et actuel !!j’ai mis ma maison en vente en novembre 2007 au verdon en 2006 début 2007 un bien trouvait preneur en un ou deux mois environaujourd’hui j’ai eu 4 visiteurs et 3 acheteurs potentiels qui ont tous différé leur proposition ce n’est ni un pb de prix ni de qualité de maison à ce jour l’agence ne fait plus visiter dés que l’on parle du verdon les gens sont effrayés !!!! ce sont ses propres termes écrits je laisse les commentaires à venir sur le devenir de l’activité des agences  et sur la valeur des biens constitués toute une vie durant par les verdonnais quels qu’ils soient !!!!et cette incertitude est pire que tout !!!pour moi je suis condamné à passer ma retraite au verdon alors que je ne le vopulais pas puisque mon bien est désormais invendable !!!à suivre

  2. thomas N dit :

    Je compatis avec l’auteur du précédent commentaire. Et son témoignage devrait faire réflechir ceux qui croit encore que ce projet est susceptible d’apporter quoique se soit de bon pour la région !On va tous se retrouver prisonnier de biens immobiliers qui auront perdus toute valeur, obligés de supporter le bruit de la torchère, les odeurs d’oeuf pourri et la vue ! Pour 30 emplois et engraisser les retraités américains et la famille Bush !Ce n’est pas 4GAS qui nous paiera la moins value …Vraiment le PAB a un sens du développement remarquable !Il serait temps de remobiliser les élus qui semblent avoir oublié depuis que les municipales sont passées et profiter de l’été pour mobiliser tous les résidents secondaires dont je parie que bon nombre ne sont pas même au courant de ce projet …

  3. rd dit :

    bonjour,Ne peut-on pas envisager une étude sur les conséquences du projet sur la valeur de l’immobilier?Valeur des biens et délai de réalisation des transactions avant le projetValeur actuelle par estimation d’experts et étude des transactions réaliséesCe qui permettrait, si le projet se faisait finalement, en dépit de tout bon sens, d’entamer des actions en justice pour obtenir des dédommagementsPeut-être une telle action a-t-elle déjà été initiée?Des agents immobiliers font-ils partie de l’association?

  4. johannel dit :

    j’ai lu qu’ils veulent déplacer le briquet tempête un peu plus loin des habitations……mais le danger sera toujours le même, aucune falaise pour nous protéger et que le collègue à mr « sourd »…comment il s’appèle???? « d’oreille »!!… nous remet l’emploi ceci, l’emploi celà, alors que celà va détruire toutes deux régions. j’ai l’impréssion qu’à force de nous compter…ils se sont endormis sur leurs débats publics!!
    j’ai lu que les vins du médoc commencent à bouger et posent aussi un regard sur leur avenir et l’avenir du vin. enfin!!nous sommes tous concernés et nous marchons debout. je vois à l’horizon un phare, qu’une mer qui moutonne par un vent léger. qu’on ne vienne pas la déranger.

  5. Barrier Christian dit :

    Tous les autres secteurs vont obligatoirement suivre.Pour ne citer qu’un exemple, les commerces de la côte charentaise sont forcément eux aussi très concernés .Ceux ci sont des vecteurs simples et efficaces pour alerter tout le monde dicuter et mettre en évidence la bêtise du projet .Je trouve assez étonnant que tous n’affichent pas un slogan contre le projet ( Certes, ce n’est pas toujours très engageant d’afficher dans la vitrine de son magasin une catastrophe attendue mais chacun peut le faire sans se démarquer si le voisin en fait autant pour l’intérêt de tous . )N’oublions pas que des esprits simplistes peuvent penser que ceux qui n’ont rien affiché ne voient pas d’inconvénient au port méthanier alors que ce n’esr évidament pas le cas pour 99% d’entre eux). De mon point de vue , il faut que nous réfléchissions à une action spécifique pour faire comprendre que ce n’est que reculer pour mieux sauter et cet article peut par exemple contribuer à le montrer.Il y a urgence : la saison arrive… Nous risquons de regretter de ne pas avoir suffisament utilisé cette arme de l’ information ; nos adversaires utilisent le lobbying!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>