Un méthanier dérive au large de Boston

Publié le: 28 mars 2008

Catégorie: Risques-Environnement

Vues: 996

Lundi 11 février, un méthanier de 284 mètres transportant du gaz naturel liquéfié est tombé en panne pour des raisons inconnues à 35 miles de la Baie de Cap Code, au sud de Boston.
Le Catalunya Spirit a dérivé pendant plusieurs heures avant d’être remorqué par les gardes côtiers pour être acheminé vers un abris en vue d’être réparé, par des vents de 30 à 35 noeuds et une houle de 4 mètres.

Si les autorités locales ainsi que l’opérateur, Teekay Corporation, ont rassuré la population en annonçant rapidement que le navire n’avait subi aucun dommage structurel ni aucune fuite, un poste de commande avait malgré tout été mis en place pour parer à d’éventuels risques environnementaux.

Malgré tout, à Boston, des inquiétudes ont été émises : que se serait-il passé si la panne s’était produite dans le port de Boston, sa destination ?
Le quotidien Boston Herald a notamment rapporté qu’un proche du maire a estimé que ce type de navire pouvait facilement devenir une cible immobile pour des terroristes, dans un contexte où un rapport fédéral avait souligné la vulnérabilité des navires méthaniers par rapport aux attaques terroristes.
Le rapport fédéral Government Accountability Office, en date du mois de janvier précisait que les budgets de sécurité de la Garde côtière n’augmentaient pas malgré la hausse anticipée de 400 % des livraisons de gaz naturel liquéfié d’ici 2015.

Les risques associés aux transports de méthaniers sont le plus souvent considérés comme maîtrisés, voire acceptable.
4Gas se range aisément derrière cette même terminologie des risques acceptables et n’a cessé d’affirmer que les méthaniers étaient des modes de transport sûrs.
Ce nouvel incident vient encore montrer les limites de la notion d’acceptabilité et la nécessaire prise en compte de tous les facteurs, notamment ceux liés aux augmentations de trafic.
Plus les trafics augmentent, plus les risques grandissent, plus l’acceptabilité des risques devrait diminuer.
Mais visiblement, cette logique n’est partagée ni par 4Gas, ni par le PAB.
Sans même évoquer la part des risques terroristes, comment peut-on considérer que les mesures de sécurité pourraient rester celles prévues pour le niveau de trafic actuel de l’Estuaire avec des méthaniers circulant à l’embouchure ?

Si un incident de même nature se produisait dans l’Estuaire de la Gironde et a fortiori dans le chenal de circulation, le méthanier n’aurait pas même le temps de dériver pendant quelques heures. Il s’échouerait plus certainement très rapidement sur une rive ou l’autre de l’Estuaire.
Alors, peut-on raisonnablement qualifier ce scénario d’acceptable  ?

Lire d’autres articles et voir la vidéo sur l’incident du Catalunya Spirit :

http://www.cyberpresse.ca/article/20080213/CPSOLEIL/80213005/5019/CPSOLEIL
http://www.boston.com/news/local/breaking_news/2008/02/drifting_lng_ta.html

2 commentaires pour Un méthanier dérive au large de Boston

  1. thomas N dit :

    Et s’il choisit Saint Palais pour s’echouer cela se transforme en s’eventrer sur les rochers …..Il y avait hier sur Planete Thalassa à la télé un reportage sur la piraterie et ses liens avec le terrorisme maritime, et un expert affirmait que la meilleure bombe atomique du pauvre se trouvait être un méthanier lancer a pleine vitesse sur un port.Vous visez Royan en pleine saison et le 11 septembre devient un acte de premier communiant.mais le risque est acceptable surement !

  2. BARRIER dit :

    J’ai lu dans un article précédent cet incident que déjà , le maire de BOSTON regrettait publiquement de ne pas s’être opposé au méthanier.Si je le retrouve, je l’enverrai au maire du VERDON

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>