Aire marine et méthanier : « On ne fera pas les deux » (JL Borloo)

Publié le: 5 février 2008

Catégorie: Infos générales

Vues: 518

Lors de sa rencontre avec des lecteurs du journal Sud-Ouest le 4 janvier dernier, Jean-Louis Borloo, Ministre de l’Ecologie, du Développement et de l’Aménagement Durables, était notamment interpellé au sujet du projet de port méthanier au Verdon sur Mer.
 
« incohérence » entre aire marine et méthanier
S’il s’est retranché derrière une posture de réserve ministérielle nécessaire à la bonne marche des débats publics, le ministre n’a pu que souligner l’incompatibilité entre la création d’une aire marine protégée et l’implantation d’un terminal méthanier.
«On peut pas en même temps vouloir faire des aires marines – Je vois que tout le monde est pour l’aire marine – et puis, pas en tirer des conséquences. Bon, voilà, c’est qu’ à un moment, ça va être le principe de cohérence…Chaque opinion étant respectable…Je comprends bien ceux qui disent que, voilà, le gaz, c’est mieux que pas de gaz…même au plan environnemental. Mais en même temps, on veut faire des aires marines…, bon, on fera pas les deux.»
 
« On fera pas les deux ! »
Plus tard dans l’interview, le Ministre rapporte les applaudissements rencontrés par J. Bignon, président de l’Agence des Aires Marines Protégées lors de sa visite en décembre dernier. Comme nous l’écrivions dans l’article du 26/12/07 (cliquer ici pour le lire), le député Bignon avait, à cette occasion, présenté aux riverains de l’estuaire les enjeux de la création d’une aire marine.
Cela démontre que nos revendications remontent bien jusqu’au Gouvernement. Cela confirme aussi l’importance de notre pétition en faveur de la création de l’aire marine protégée dans l’Estuaire. Continuons de nous mobiliser autour de cette contre-proposition, rempart contre le méthanier, car comme l’a dit le Ministre «On fera pas les deux»….
 
Réduction des gaz à effet de serre
Dans une autre partie de son interview, Jean-Louis Borloo revient sur la répartition des ressources énergétiques à orchestrer pour parvenir aux objectifs de réduction des gaz à effet de serre. Il opère la distinction entre la performance énergétique dans les transports, le bâtiment, etc. qui concernent une moitié de l’effort nécessaire, tandis que l’autre moitié doit porter sur le développement d’autres types d’ énergies…
Le ministre pose même la réduction des ressources en énergies fossiles comme une sorte de «bénédiction». Il va jusqu’à se demander si les démocraties se seraient orientées vers le développement d’énergies durables sans l’actuel épuisement des ressources fossiles.
N’oublions pas que le méthane est une énergie fossile, fortement génératrice de gaz à effet de serre et tirons-en les conséquences.
 
Restons mobilisés !
Le ministre dit par ailleurs accorder de l’importance à la concertation publique qui permet de faire émerger la notion d’intérêt général. Il évoque même l’organisation de nouveaux collèges de concertation «plus ouverts et plus pluriels», avec des élus mais pas seulement…Une association comme la nôtre, de par sa représentativité, devrait peser dans le débat. Une raison supplémentaire de rester mobilisés.
 
 
Pour visionner l’interview de Jean-Louis Borloo par les lecteurs du journal Sud-Ouest, suivez les liens ci-dessous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>