Sachons lire entre les lignes -lettre d’une adhérente

Publié le: 16 octobre 2007

Catégorie: Infos générales

Vues: 1154

Je souhaite réagir au sujet de la synthèse du dossier du maitre d’ouvrage, la société 4 Gas qui a été distribuée par la Commission particulière de Débat Public (CPDP). Ce document relève plus d’une plaquette publicitaire que d’une réelle information sur le projet. Mais sachons lire entre les lignes :

1.     
Qui est 4 Gas ?:
4 Gas : Une société néerlandaise crée en 2005, donc récente, ayant comme actionnaire principal Carlyle et Riverstone , leader mondiaux dans le domaine des fonds d’investissements privés .
4Gas n’a réalisé que le terminal méthanier de Milford Haven au Pays de Galles , qui à ce jour, n’est toujours pas mis en service . Les vues des autres terminaux méthaniers sous le titre «  un spécialiste du terminal méthanier »  ne sont que des projets donc des maquettes.
2.    Les enjeux énergétiques : 
En France , 7 terminaux méthaniers sont en construction et une vingtaine en projet : Il est prouvé que nous allons vers une surcapacité . Ces équipements ne sont –ils pas destinés à l’exportation comme l’espère 4Gas dans son projet ?
3.      Les équipements prévus :
Deux ou trois cuves ? Cela veut dire 3 ou 6 ans de travaux. Quid du tracé du gazoduc ? 4 Gas n’est pas sûr de son développement commercial ? Où est la torche sur le plan ?
4.      Le choix du site :
·           L’implantation : « le site permettra de positionner les réservoirs à une distance suffisamment grande des zones habitées »: D’après la maquette, elles se trouvent à 400 m des premières habitations, 800m de l’école primaire. L’usine de regazéification est encore plus proche des habitations. Est-ce que l’on peut permettre en son âme et conscience une telle proximité ?
·           L’accès pour les navires méthaniers : 4 Gas précise que « au cours de l’avancement du projet , des investigations devront être réalisées pour déterminer si la profondeur donnée et la fréquence de passage des bateaux assurent assez de flexibilité et de sûreté pour les méthanier actuels et futurs ». Cela veut dire que 4 Gas affirme que l’accès des méthaniers se fera dans les conditions optimales de sécurité alors qu’il n’a pas réalisé à ce jour d’études lui permettant de le vérifier.
5.      Les emplois et les retombées financières :
·        La construction :
Les travaux amèneront 200 à 300 personnes sur le chantier .Ces entreprises de génie civil arrivent avec leur personnel qui est majoritairement issu de l’étranger. Vont-ils dépenser leur salaire sur place ou l’économiser pour l’envoyer à leur famille qui en a besoin pour vivre ? Ces entreprises ont également leur équipement de restauration et d’hébergement. Quelles retombées pour la pointe du Médoc ? Les cadres et ingénieurs résideront-ils à proximité des nuisances induites par les travaux ?
·           En phase d’exploitation :
Les techniciens vont-ils résider avec leur famille à proximité d’un site SEVESO 2 ? Je ne pense pas non plus.
Le gardiennage et l’entretien d’un site neuf ne vont pas générer beaucoup d’emplois et les entreprise qui interviendront sur le site seront soumises à un système HQSE (Hygiène, Qualité, Sécurité, Environnement) qui devra être compatible avec celui de 4gas.
·         Où est passée la capitainerie du port du Verdon sur mer ? Comment peut-on envisager la continuité du trafic maritime avec deux ou trois méthaniers par semaine en déchargement en sachant que ces manœuvres impliquent une zone de sécurité dans laquelle il ne peut y avoir aucun trafic maritime ?
·         Quid des investissements réalisés par les collectivités (nos impôts) pour le développement du tourisme ? ( + de 6 millions d’€uros pour les pistes cyclables, 5 millions d’€uros pour Port Médoc, 622 000 € pour la halte nautique du port de Goulée…..)
·         Quid de l’avenir de Port Médoc avec le projet de construction du Quartier de Port Médoc ? Pourra –t- on encore avoir l’autorisation de construire dans ce périmètre ?
·         L’INSEE prévoit un flux migratoire positif de 3% par an ces dix prochaines années sur la façade atlantique .Ce flux engendrera du travail dans tous les secteurs .Actuellement nous sommes attractifs mais le sera-t-on encore pour accueillir cette population aux abords d’un site classé SEVESO2 ? Les retombées financières de cette population ne vaudront- elles pas celles d’une industrie à risque qui nous laissera que les yeux pour pleurer une fois que le boom spéculatif sur la gaz ne sera plus rentable pour les actionnaires, comme dans le passé avec le pétrole ?
·         Les retombées financières et leurs répartitions ne sont pas chiffrées à ce jour. Qui en sera le principal bénéficiaire : la Communauté de Commune ou le PAB ? Ces retombées quel qu’elles soient ne seront que temporaires et ne donneront pas d’emplois supplémentaires. La commune du Verdon n’aura que des miettes alors qu’elle subira toutes les conséquences néfastes.
 
6.      La sécurité des biens et des personnes
·         Le plan de prévention des risques technologiques, géologiques ainsi que l’étude de dangers n’est pas réalisée.
·         Si on fait une synthèse de la situation  : Il s’agit d’une installation SEVESO2(niveau de risques élevé) à proximité d’une localité, accueillant de nombreux touristes en période estivale, éloignée des structures hospitalières ( 1h30 pour le SAMU de Bordeaux par route ), par une société n’ayant aucune expérience de terminal en fonctionnement et qui nous assure que toutes les dispositions de sécurité seront mises en place , mais qui n’a produit aucune étude démontrant cela .N’y a-t-il pas un cumul de risques inquiétant ?
 
Ma conclusion est la suivante
La plaquette est très attrayante mais trompeuse. Comment peut –on organiser un débat public sur un projet aussi flou, peu abouti, dans lequel il n’ya aucune information concrète, fiable car aucune étude de dangers et d’impact sur l’environnement au sens large, n’a été réalisée ?
Il est certain que la décision finale déterminera l’avenir de la région. Si le terminal voit le jour, nous ne pourrons plus faire marche arrière ; Quelles autres installations de ce genre viendront contribuer à détériorer de façon irrémédiable notre environnement et à ne dépendre plus que de ceux –ci. Les quelques emplois induits en détruiront irrémédiablement d’autres. Il faut donc réfléchir à long terme.
Une autre certitude est que, si la population de la pointe du Médoc ne décide pas elle même de son avenir, d’autres s’en chargeront et peut-être pas dans son intérêt. Le choix dès maintenant de s’orienter, de réfléchir et d’agir pour développer une industrie propre compatible avec l’activité touristique dans laquelle nous avons déjà beaucoup investi me semble beaucoup plus approprié.
Est-ce que la pointe du Médoc pourra décider de son avenir tant que des hectares de terrains appartenant à l’Etat seront gérés par le PAB. N’y-t’il pas eu d’autres opportunités de développement depuis que le terminal pétrolier a arrêté son activité ? Le développement du Médoc serait et resterait étroitement lié aux projets du PAB ? Pourtant Il manque cruellement de terrains sur la CdC pour créer des zones artisanales et commerciales qui, elles, sont porteuses d’emplois durables.
Il est de notre devoir à chacun de s’intéresser de près à toutes ces questions car c’est notre avenir et celui de nos enfants qui est en jeu.
                                                                                                                                               Claudine BOUCON. VENSAC.

4 commentaires pour Sachons lire entre les lignes -lettre d’une adhérente

  1. dufrenois marie-noelle soulac dit :

    excellente synthèse de toutes les questions que se posent tous les internautes qui ont participé à ce débat.Je retiens tout particulièrement cette nouvelle question qui m’est aussi venue à l’esprit il y a quelques jours, à savoir le contrôle du port du verdon par le pab de bordeaux,  qui pose un réel problème,  et qu’il serait intéressant de soulever, car n’est-ce pas là le fond de la question?Si le projet methanier était abandonné, que viendrait-on nous proposer ensuite???

  2. Excellent. N’oubliez pas de déposer votre texte sur le site de la CPDP (participer au débat / avis et contribution).

  3. barrier dit :

    Votr analyse est remarquable,elle aide à comprendre que le projet de ce terminal est tout le contraire du développement durable. Je voudrais vraiment attirer l’attention de ceux qui optent pour ce projet ou ceux qui de sont neutres ou indécis q’il est impensable de prendre des risques pareils et aujourd’hui de sacrifier toute une zone,précisément apte à acceuillir un développement DURABLE qui assez vite et surtout à terme assurera l’avenir des petits médocains plutôt que de les faire fuir dans quelques années avec des friches industrielles.Confiez votre avenir à des hommes politiques responsables qui ont en priorité le souci de se battre et agir pour concilier économte et qualité de vie de tous les médocains.La conscience et la droiture impose que chacun agisse comme s’il était un habitant proche du terminal. Respectons ce qu’il y a de plus précieux.Le manque de solidarité et  la passivité constituent un fléau qui nous gangrène et fait reculer notre pays tous les jours.

  4. gedovius dit :

    Excellente synthèse de la situation actuelle et à venir.Il manque toutefois la mention du chantage aux besoins énergétiques…qui,bien que réelset à considérer,peuvent trouver une solution dans l’emploi d’énergies propres et sans risques.Mais on ne saurait penser à tout…..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>