Impacts, dangers et servitudes du gazoduc

Publié le: 14 octobre 2007

Catégorie: Risques-Environnement

Vues: 1293

milford-heaven-UK-gazoduc.jpg

Le gazoduc est dangereux !

Venez vous informer.
 
Jeudi 18 octobre, à Soulac
(19h, Palais des congrès)
 
réunion du débat-public sur
les hypothèses d’acheminement du gaz depuis le terminal par gazoduc
 
 

Le débat-public qu’on nous propose en Nord Médoc dissocie la construction du terminal méthanier de la construction du gazoduc.

C’est une aberration puisque l’un ne peut fonctionner sans l’autre.
Les promoteurs des autres projets français de terminaux méthaniers (au Havre et à Dunkerque) l’ont d’ailleurs bien compris : ils ont présenté des dossiers dans lesquels sont étudiés les tracés possibles.
 
Qu’est-ce qu’un gazoduc ?
Le gazoduc sert à relier le terminal méthanier au réseau national de GNL. La construction d’un gazoduc n’est pas sans conséquences.
Un gazoduc nécessite une étude d’impact sur la faune et la flore, une étude de sécurité des hommes et des biens.
Un gazoduc impose ensuite des servitudes. La bande de servitude mesure en général 10 mètres en largeur mais peut être portée à 20 mètres. Les propriétaires des terrains sur lesquels passent le gazoduc s’engagent à ne procéder, sur la bande de servitude, à aucune construction ni plantation d’arbres à hautes tiges, à ne pas creuser (fossé). A espaces réguliers, des bornes indiquent le passage du gazoduc. Les opérateurs peuvent intervenir à tout moment sur la bande de servitude.
Si 4gas n’abandonne pas son projet, le gazoduc devrait faire l’objet d’une enquête publique sur l’ensemble des communes concernées. Chaque propriétaire serait alors rencontré pour établir la servitude par convention amiable. Chaque maire des communes traversées serait de même rencontré.
 
Quels sont les impacts d’un gazoduc ?
Le gazoduc concentre une part importante des dangers liés à la construction d’un port méthanier : rupture de canalisation ou fuite.
EDF, porteur du projet de terminal méthanier de Dunkerque, note ainsi dans son dossier « Dans ces situations, le gaz naturel est rejeté à l’atmosphère sous l’effet de la pression. Il s’accompagne d’un bruit intense dû à la forte pression du gaz, perceptible à une très grande distance et provoque éventuellement des projections de terre. Un panache de gaz naturel s’élève très rapidement sans phénomène de nappe. Si ce panache rencontre un « point chaud », le gaz naturel peut s’enflammer, dégageant une chaleur intense. » (p.63)
On compte ainsi de nombreux accidents récents sur des gazoducs ; accidents dont le plus marquant est celui de juillet 2004 ayant entraîné en Belgique la mort de 18 personnes ainsi que 133 blessés. La date anniversaire a d’ailleurs été déclarée journée de deuil national par le roi des Belges.
 
Le collectif des 2 rives vous invite à venir en masse à la soirée du débat public consacrée au tracé du gazoduc :
Jeudi 18 octobre, SOULAC
(19h, Palais des congrès)
 
Si vous voulez diffuser l’information, nous mettons aussi à votre disposition un tract appelant à venir à cette soirée d’audition publique

5 commentaires pour Impacts, dangers et servitudes du gazoduc

  1. dufrenois dit :

    pouvez-vous montrer un shéma du traçage prévu pour le gazoduc, où doit-il acheminer le gaz ?Quels sont TOUTES les structures liées à ce terminal, et les conséquences annexes : par exemple s’il y a transformation totale du port container, est-ce que d’autres usines ne profiteront pas de cette opportunité pour venir s’installer, que peut-on prévoir comme circulation maritime en plus du bac et des barges de l’airbus et des bateaux qui vont jusqu’à Bordeaux ? Est-ce que à longue échéance nous ne nous acheminons pas vers une indistruialisation à grande échelle de la pointe du Médoc ou plus………………………..si affinité!Pourrais-t-on proposer en contrepartie un développement écologique du Médoc, agriculture biologique, élevage biologique, tourisme écologique, une région d’avant-garde, développement sportif et de remise en forme, tout pour le futur, l’industrie c’est dépassé…………………….

  2. christyvette dit :

    Tout à fait d’accord avec le commentaire précédent :       A-      le nord médoc se dirige tout droit vers un environnement type FOS sur MER,l’heureux héritier d’un terminal méthanier avec les industries connexes les plus sales.Il faut y être passé pour VOIR et SENTIR à des kilomètres à la ronde !Tout le monde remarque systématiquement l’horreur industrielle du coinA tel point qu’il est en projet d’installer également un incinérateur de déchets pour ‘’Soulager’’ MARSEILLE.tant qu’à faire, cela n’augmentera que peu les nuisances,l’endroit en a maintenant,en quelque sorte la vocation. Il serait judicieux de se faire une opinion très sûre en menant une petite enquête auprèsdes populations un peu voisines des ports méthaniers dans le monde.C’est une démarche peu coûteuse que peuvent entreprendre les maires et les hommes politiques indécis. Pourquoi ne pas sauver la qualité de vie  en s’orientant avec un peu d’imagination  et des compétences vers d’autres activités qui amèneront tout autant d’emplois ?        B-    Le tracé du gazoduc ne préoccupe apparament pas les constructeurs,ils n’ont pas pris la moindre peine pour informer,ils feront bien comme ils voudront,lorsque sera mise la                 main dans l’engrenage. Fi des CHATEAUX, à moins qu’ils ne réussissent le tour de force de passer sous la rivière ce qui ne simplifiera pas pour autant le problème.                      Il sera trop tard pour pleurer devant les dégâts annoncés,il reste encore un peu de temps pour réagir, s’associer. Tous les habitants ,en réalité ,tendent vers le même intérêt : du Travail dans un cadre de vie agréable et sain .Ne serait-ce que pour les enfants ,il faut trouver des solutions satisfaisantes pour tous.  

  3. Alain LEBORGNE dit :

    Il est inaceptable que le débat sur le tracé du GAZODUC se fasse à Soulac (peut-être la seule commune non concernée) mais il fallait profiter de l’occasion pour faire ce débat au coeur des vignes du Médoc, à Saint-Estèphe (la plus grande salle du Médoc) ou Pauillac car c’est eux qui risquent d’être les plu touchés et concernés…ce terminal est un problème MEDOCAIN et pas uniquement Soulac Le Verdon ! d’autant plus que l’ensemble de la classe politique brille par son silence.

  4. 18/10/2007Viticulteurs, vignerons, mobilisez vous, car la CPDP vous oublie en tronquant les questions pour avoir à n’y répondre que partiellement. Exemple :Nous reposons notre question (N° 977 du 03/10/07 en cours de traitement) à la CPDPVous est-il possible de répondre en totalité à ma Question N° 117 et ce concernant le gazoduc car dans votre réponse seule la zone portuaire a été évoquée ? Merci Question n°117 : Meschers – le 09/09/2007Vignobles classésLa proximité de telles infrastructures (stockage = cuves & acheminement = gazoducs) ne risque-t-elle pas de remettre en cause le classement de certains vignobles (ex : Lesparre)?Réponse 4gas 26/09/2007Les derniers vignobles classés se situent à plusieurs kilomètres en arrière de la zone portuaire où la société 4Gas projette de construire un terminal méthanier.Aucune remise en cause du vignoble n’est donc à envisager avec cette implantation

  5. Nicolas JULIEN dit :

    4Gas nous dit qu’il n’y a pas de danger et qu’aucun accident ou incident ne s’est produit depuis au moins 50 ans dans ce type d’installation.Allez donc visiter le lien suivant pour rester convaincu du contraire :http://golfedefos.free.fr/terminal/terminalindex099.htm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>