Un ministre contre le projet du Verdon

Publié le: 6 août 2007

Catégorie: Infos générales

Vues: 735

Dominique Bussereau, secrétaire d’Etat aux Transports,  s’est déclaré « défavorable à l’implantation du terminal méthanier au Verdon« , dans les colonnes du journal Sud-Ouest du samedi 4 août.

Comme le signifie Sud-Ouest dans son article, Dominique Bussereau, par ailleurs, élu de Saint-Georges de Didonne en Charente maritime, a devancé l’appel du débat public prévu par la CNDP en affirmant son point de vue publiquement.

Comparant tous les projets d’implantation en cours, le secrétaire d’Etat, qui a notamment en charge la direction des ports, déclare comprendre « la volonté de 4Gas de travailler et de s’implanter dans le Sud-Ouest« , mais reste défavorable au choix du Verdon.
Pour justifier sa position, il avance trois arguments :
« Considéré au niveau européen, le besoin d’un terminal méthanier dans la région n’est pas avéré sur le plan économique« .
Rappelons que la CPDP doit étudier l’enjeu économique du projet…
« L’implantation de cuves de 40 mètres de haut à proximité des plages de l’estuaire me paraît tout à fait choquant sur le plan environnemental et incompatible avec la vocation touristique de la région« .

Selon Dominique Bussereau, « d’autres options peuvent être étudiées« . Et le secrétaire d’Etat d’évoquer « la véritable zone industrielle » dont dispose le port autonome de La Rochelle, s’appuyant sur un entretien qu’il aurait eu avec le président de celui-ci et laissant entendre par la-même que le port autonome de Bordeaux ne disposerait pas d’une telle zone au Verdon.

Sud-Ouest  fait état de la surprise de 4Gas qui, par la voix de son représentant bordelais Philippe Prat, déclare que « l’hypothèse d’une implantation à La Rochelle n’avait même jamais été évoquée« .  Ce qui laisse supposer que celle du Verdon l’avait été, mais à quand remonte cette prise de contact avec les instances gouvernementales, anciennes et actuelles ?

Philippe Belhache, l’auteur de l’article, considère que cette position « pèse lourd dans la balance« .
Souhaitons le avec lui, mais ne nous réjouissons pas trop vite pour la Pointe du Médoc. Le débat public commence en septembre et devra obligatoirement se conclure par une décision transmise au préfet de Région. Qui arbitrera ? Souhaitons que ce soit Dominique Bussereau sur la foi de ses déclarations du 4 août…

Article précédent :
Article suivant:

Un commentaire pour Un ministre contre le projet du Verdon

  1. Bonjour,Je partage absolument l’avis de Dominique Bussereau. J’ai insérer une catégorie « port méthanie Médoc » dans mon blog « http://carnet-phl.com ».Bon courage pour la suite.Bien à vousPhilippe LAFONTAINE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>