Pas dangereux le GNL ? Et pourtant…

Publié le: 24 mars 2007

Catégorie: Risques-Environnement

Vues: 917

Aux dires du PDG de 4Gas, M. Jonkman, il n’y aurait «aucun risque» sur le site d’implantation du Verdon en particulier pas d’explosion.
On ne peut partager cette conclusion lorsque l’administration classe de telles installations Seveso2 et que l’on découvre le nombre d’accidents s’étant déjà produits sur des exploitations du même genre que celle qui risque de s’implanter au Verdon sur mer,  ainsi que les conséquences de ceux-ci, tant au niveau matériel qu’humain.

On peut ainsi citer des exemples dont certains aux conséquences dramatiques :

- le 20/01/2004 : Explosion d’un réservoir de GNL, dans le terminal méthanier de Skikda en Algérie : 23 morts et  74 blessés. Ce réservoir appartenait à la compagnie pétrolière de Sonatrach.

- le 17/09/2003 : Explosion dans le terminal méthanier de Tonkin – Fos sur mer- la porte de la torchère (qui ne doit en théorie pas fonctionner) a été projetée à plusieurs dizaines de mètres, manquant de peu la salle de contrôle.

- le 31/07/2004 : Explosion en Belgique d’un gazoduc transportant du GNL , filiale de Suez – Tractebel entre Zeebrugge et la frontière française au sud de la Belgique :  au moins 18 morts et  133 blessés. Un accident survenu dans une zone industrielle, quelles auraient été les conséquences en proximité de zones d’habitations ?

- le 01/03/2007 : Explosion d’ un réservoir de méthane  à l’ usine SMURFIT de Facture

- En 1989 – Kouïbychev : Explosion d’un gazoduc, 500 morts.

Sans parler des catastrophes évitées de justesse :  à Fos sur mer (19 Nov. 2004, source Le marin), les cargaisons de 2 méthaniers de 50 222 m3 et 40 000 m3  ont dû être déchargées en urgence par décision de justice autorisant si besoin la force de l’ ordre public, à la suite d’un mouvement de grève sur le site.  10 000m3 ont été rejetés dans la nature car la cargaison s’était réchauffée dans les cuves des bateaux, avec une dangereuse augmentation  de la pression !!

En conclusion, une telle installation est dangereuse en elle-même mais aussi car des navires méthaniers y accèdent et que le gaz doit être transporté (gazoduc). C’est donc l’ensemble du système qu’il faut considérer et pas seulement le terminal.

Quelques sources :
 http://golfedefos.free.fr/, chapitre : les brèves méthaniers ; rubrique : explosion, mis à jour le 2/10/06)
http://www.drire.gouv.fr/paca/Communication/Communiquespresse/DERS031009.PDF
http://www.rtl.fr/info/article.asp?dicid=208526

Article précédent :
Article suivant:

2 commentaires pour Pas dangereux le GNL ? Et pourtant…

  1. ponpon dit :

    Dormez tranquille braves gens… J’ai lu quelque part que : 1m3 de méthane à 15 °C (gaz naturel) libère une énergie de 9,89 kWh (35,6 MegaJoule). un méthanier de 154.000 m3 contient donc 3 300 000 GJ Selon le tableau de conversion suivant http://www.ieer.org/clssroom/unitconv.html Le chargement de gaz équivaudrait à 3 300 000 GJ / 4.2 GJ = 78 3000 tonnes de TNT soit 783 kT de TNT. Soit 52 fois l’énergie libérée par la bombe d’ Hiroshima… Donc, par extension pour un méthanier arrivant au port du Verdon d’une capacité de 75 000m3, on pourrait presque diviser simplement par deux, soit 26 fois Hiroshima….

  2. GhostDog dit :

    Et c’est vrai que des méthanier on en voit exploser tous les jours. C’était quand déja le dernier ? Avant Hiroshima ? Ha bon …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>