D’hier à aujourd’hui, pour construire l’avenir

Publié le: 24 mars 2007

Catégorie: Infos générales

Vues: 798

Souvenons-nous…..

Jusqu’à la fin des années 1960, c’est souvent l’ostréiculture qui faisait bouillir les marmites de notre village et de tous les petits villages en bord d’estuaire : artisans et commerçants y trouvaient leur compte, l’animation et la vie des bourgs et des petits ports aussi ; Le Verdon comptait 1 800 habitants en 1970.
Les remblaiements massifs effectués en bord de rivière pour le développement d’une zone industrielle par le PAB sonnent le glas de cette activité : les riches bancs d’huîtres du Verdon à Saint Vivien sont définitivement inexploitables suite à une modification des courants estuairiens de la zone.
Mais l’eldorado industriel promis par le PAB arrivait à nos portes ! alors !…Un port pétrolier, des industries sur plusieurs dizaines d’hectares, des emplois, des emplois….S’il est vrai que la commune du Verdon s’est alors enrichie par l’apport de taxes professionnelles, le développement industriel promis n’a pas été, et de loin, à la hauteur de ce que l’on pouvait éspérer. Le projet Pegas n’entre pas dans le même contexte, nous sommes en communauté de communes.

20 ans plus tard les cuves d’hydrocarbures ont été démontées, les dockers sont peu à peu partis, ainsi qu’une partie des douanes, gendarmerie, administration du PAB.
Que reste-t-il aujourd’hui ? …. Une friche industrielle, une ostréiculture définitivement disparue, des taxes professionnelles évaporées….En 1991, Le Verdon comptait 1 352 habitants et de nombreux chômeurs.

Projetons-nous dans le futur

Projetons nous dans un futur de 20, 25 ans, lorsque le port méthanier, s’il se fait, ne sera plus opérationnel.
Les 60 emplois ?… Envolés ! Le tourisme ?… Très certainement difficile et très long à remettre en route, la plaisance (Port médoc) ?… Mystère.
Mais surtout, il restera aux générations futures des cuves en béton armé d’1m d’épaisseur, 80 m de diamètre et 47m de haut. Nos jeunes pourront-ils et auront-ils les moyens financiers de les détruire ? C’est peu probable. Pour mémoire les cuves de pétrole étaient métalliques, donc démontables, ce qui n’est pas le cas des cuves de méthane.
Tout ceci pour dire que le village sera définitivement et irrémédiablement classé Seveso II. Que penseront les nouvelles générations, nos enfants et petits enfants, du fait que nous ayons laissé s’implanter un tel site ?

Ne serait-il pas plus judicieux de rassembler toutes les forces vives, et elles sont nombreuses, pour faire vivre le village et tout le secteur d’une autre façon ? Peut-être faudrait-il s’orienter vers un tourisme mieux adapté et vers l’apport d’entreprises ou d’industries sans risques pour la population dans un environnement exceptionnel et recherché ? N’oublions pas que le tourisme est l’option principale de la CDC et qu’un port vert (Port médoc) n’attend qu’à se développer pour créer des emplois.
Avons-nous le droit, vis à vis des générations futures de laisser implanter un site classé Seveso 2 ? N’avons-nous pas le devoir  de leur laisser un patrimoine préservé, sans dangers éventuels pour la population, une économie inscrite dans une logique de développement durable, maîtrisée, créatrice d’emplois et respectueuse de l’environnement ? Telles sont, me semble-t-il, les deux questions essentielles que nous devrions tous nous poser, y compris et en particulier, ceux qui nous représentent, nos élus.

Nicole Badot – Membre du collectif
Photo : La Pointe du Médoc

Article précédent :
Article suivant:

Un commentaire pour D’hier à aujourd’hui, pour construire l’avenir

  1. bescond lucienne dit :

    j’ai 53 ans je suis soulacaise de pure souche.j’ai conu la peche aux huitres,et a notre grand desespoir,l’orsque celle ci a ete supprime c’est toute l’economie du verdon et de soulac qui a ete touchee.je me suis marie en 1973,au verdon il y avait 2 supers marches,2 boucheries,les gens vivaient bien .que reste t il du vrai verdon?et soulac deux boucheries ouvertes matin et soir ,une charcuterie ouverte matin et soir toute l’annee et je pense en oublie.pourquoi avoir supprimer l’ostreiculture qui a fait beaucoup de mal a j’oublie le jeune soulac 2 epiceries qui vivaient avec les ostreiculteurs.ce petit village j’y suis nee,j’ai passe toute mon enfance au port de neyran,qu’en reste t il plus rien la derniere personne a tenir bon ete une personne chere a mon coeur ,mon frere qui a lutte pendant lomgtemps(decede il y a 1 mois) contre l’expropriation voila je tenais a dire tout cela et etant native de soulac ,on ne doit plus croire aux promesses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>